Selerys veut multiplier les marchés

 |   |  535  mots
Il dissèque les nuages, mais a bien les pieds sur terre. L'ingénieur Philippe Cardi, créateur en 2014 de l?entreprise Selerys, basée à Gardanne (13), a conçu une solution monitorée capable de pister les orages de grêle et d'agir en amont de ces derniers. Un système qui séduit déjà les décideurs.


Concevoir un radar météorologique capable de déterminer la structure des nuages et d'analyser les cellules orageuses en temps réel et de façon localisée : c'est le challenge ambitieux remporté avec succès par Philippe Cardi, ingénieur de l'école Polytech Marseille, ancien collaborateur du CEA et de Sun Partner. C'est grâce à l'écoute de divers décideurs du monde économique que ce dernier a pu donner corps à son projet. "Je me suis rendu compte d'un réel besoin du marché dans le domaine de l'anti-grêle. Industriels œuvrant en partie à l'extérieur, agriculteurs"..., nombreux sont en effet les secteurs d'activité à redouter ces caprices du climat. Aujourd'hui, le système Skydetect® conçu au sein de son entreprise Selerys, créée en 2014, est en mesure de proposer une solution permettant d'agir en amont de ces derniers, à H-1, avant que les éléments ne se déchaînent... Concrètement, cette technologie, à la fois hardware et software, comprend non seulement une antenne radar météorologique, mais aussi un logiciel d'analyse, lequel détermine le caractère menaçant des cellules orageuses d'après les images lui parvenant. En cas de danger de grêle, il alerte et pilote les systèmes de protection installés par le client. "Il peut s'agir de filets anti-grêle, ou bien encore de systèmes d'ensemencement chimique des nuages", illustre Philippe Cardi. Par ailleurs, ce système, fonctionnant 24 heures/24, comprend également une console de pilotage, ainsi qu'une application smartphone.


Présent en Europe et en Asie Mineure

Participant aux dernières Assises de l'économie de la mer, Philippe Cardi a établi le contact avec des professionnels du shipping susceptibles d'être intéressés par cette technologie. Mais c'est surtout, pour l'heure, dans le domaine de la viticulture, de la riziculture, de l'arboriculture et de la culture sous serre que le système Skydetect compte les plus gros marchés. "Parmi mes clients figurent d'importantes exploitations agricoles en Espagne et en Pologne, davantage touchées aujourd'hui par le risque de grêle et engrangeant des pertes non supportables par le business plan établi. Il leur fallait donc trouver des solutions... C'est moins le cas en France, qui a été fortement touchée il y a 10 ans, et où l'on s'est donc doté pour parer à ces épisodes orageux. Mais se posera bientôt la question du renouvellement de ces équipements". Outre l'agriculture, le monde de la construction automobile, craignant pour ses voitures entreposées à l'extérieur, s'avère également intéressé par la solution monitorée de Philippe Cardi. "Hyundai fait ainsi partie de mes clients". Selerys sévit donc déjà en France, en Europe et en Asie Mineure et ne compte pas fléchir dans sa conquête du marché mondial. Si l'ingénieur préfère ne pas dévoiler, pour l'heure, ses résultats, il avance malgré tout que "l'entreprise n'enregistre pas de pertes". La dynamique n'est pas prête de s'inverser : il compte aujourd'hui "démultiplier les possibilités du système pour conquérir, à court et à moyen terme, des marchés plus larges tels que celui de la sécurité civile".


Carole PAYRAU
Crédit photo : LB

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :