Spécial Semaine de l ? Industrie : Des exportations en hausse de 7 %

 |   |  655  mots
La région passe outre l?essoufflement généralisé des échanges internationaux. Les exportations de biens régionaux sont en hausse de 7 % en 2012. Le déficit commercial s?est réduit de 1,6 Md ? en un an.


La croissance des exportations (+ 7 %), à un rythme bien supérieur à celui enregistré au niveau national (+ 3%), pour un total de plus de 23 Mds € en 2012 (5,4% des exportations françaises), ne doit pas masquer la faiblesse
de la position régionale à l'international, souvent justifiée par la surreprésentation des entreprises de moins de 10 salariés et un positionnement sectoriel moins favorable à l'export (construction, services aux particuliers).
Quoi qu'il en soit avec des importations stables (38 Mds €) et hors produits énergétiques (le port de Marseille-Fos, porte d'entrée nationale pour bon nombre de produits, dont les hydrocarbures, pèse dans la balance), le solde des échanges régionaux est devenu excédentaire en 2012 (+ 1,8 Md €), contre un déficit (de 259 M€) l'année précédente.


La région doit la bonne tenue de ses ventes à la filière cosmétique (+ 6%, 5,6 Mds €), qui représente près du quart du total exporté et au secteur aéronautique porté par les résultats d'Eurocopter et de Thalès (1,6 Md € à eux deux). L'industrie sidérurgique (2,3 Mds €) affiche des ventes en hausse de 7 %, et les ventes de produits des industries agro- alimentaires (1,4 Md €) maintiennent un trend positif de 6 %. Tandis que les performances du raffinage pétrolier régional se tarissent (+ 6,2 % après +66 % en 2011).


De par sa position géostratégique sur l'arc méditerranéen, Paca se distingue aussi par le poids de ses échanges (à l'export comme à l'import) avec les pays du Maghreb et du pourtour de la Méditerranée. Les pays du Maghreb absorbent désormais 10 % des ventes régionales, tirées par celles à destination de l'Algérie (+ 110 %) alors que les événements géopolitiques au Maroc et la Tunisie se soldent par des ventes en retrait respectivement de 35 % et 18 %. Le Proche et Moyen-Orient, la Turquie et le Liban font désormais partie des 10 premiers clients de la région. A contrario, ces pays, notamment producteurs d'hydrocarbures, sont aussi nos premiers fournisseurs.

Témoin de la demande atone, les échanges avec les pays de proximité de l'Union européenne se tassent ou reculent (+ 3 % contre + 24 % en 2011).Toutefois, la Chine se maintient parmi nos 12 premiers clients (2,6 % du total). Et la région a aussi augmenté ses ventes à destination des Etats-Unis de 28 %, ce qui en fait son 5e client.

Pour ce qui est importations, la surprise vient de la croissance de 83% des achats en provenance d'Amérique du Nord alors que les approvisionnements chinois se stabilisent. Si la surreprésentation des produits pétroliers dans nos importations (57 % du total importé en Paca) n'est pas une information - près d'un tiers du pétrole français transitant par le terminal pétrolier de Fos -ce poste n'affiche toutefois en 2012 qu'une croissance de quelque 4 %, contre plus de 39 % l'année précédente. Un témoin de la baisse de la demande intérieure si tant est qu'il en fallait encore la preuve par les chiffres.

Une étude structurelle sur le profil des PME exportatrices régionales, que vient de publier l'Insee (date de référence 2007), établit que les 13 900 entreprises en question se différencient des non-exportatrices par un chiffre d'affaires cinq fois supérieur (moyenne de 1,6 M€) et un effectif trois fois plus élevé (moyenne de 6 salariés). Plus productives et plus rentables, elles compteraient également plus de cadres (14 % contre 6 % chez les non exportatrices) et de professions intermédiaires parmi leurs effectifs (23 % contre 15 %). Cette meilleure qualification se traduit par un salaire moyen par tête plus élevé.

L'étude révèle par ailleurs que si les caractéristiques : secteur, taille, chiffre d'affaires, performances... jouent relativement peu dans le fait de passer à l'export, "la nature industrielle de l'activité et l'appartenance à un pôle de compétitivité sont des facteurs favorisants".

On y apprend aussi que la proximité d'une frontière apparait moins déterminante en Paca que pour les régions du Nord et l'Est de la France. Et que la probabilité de se lancer à l'exportation diminue avec l'âge de l'entreprise.

A.D

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :