Sunpartner lève 1,8M ? pour développer ses filiales

 |   |  418  mots
A l?origine de deux procédés brevetés, la TPE, qui se positionne sur l'innovation dans le domaine de l'énergie solaire, prépare un deuxième tour de table.


Basée à Lambesc, Sunpartner vient, coup sur coup, de lever 1,8 M€ et de recevoir le prix de l'innovation TIC PACA 2010. Le premier apport de fond - pour moitié auprès d'acteurs privés (Davanière Capital Partenaire, Sophia Business Angel et Little Green Capital) et publics (ADEME, OSEO, collectivités locales) doit lui permettre d'accompagner le développement de ses deux filiales : Axiosun et Wysips, fondées en 2009. La première est spécialisée dans les centrales solaires à concentration.
« Le soleil offre une énergie gratuite et disponible mais les solutions solaires présentent aujourd'hui des coûts élevés », rappelle Ludovic Deblois, président de la start-up, qui ambitionne d'initier un modèle d'innovation dans la filière solaire. « Nous avons choisi de nous positionner sur des solutions à bas coût, de 30% de moins que les équipements actuels ». La société, qui est aujourd'hui en mesure de fournir des centrales de 5 à 10 mégawatts, a d'ores et déjà deux sites pilotes au Sénégal et en Mauritanie. Elle s'est positionnée par ailleurs sur deux autres appels d'offre. « Notre objectif est d'être présent dans dix pays d'ici trois ans, notamment au Maghreb et en Afrique du sud ». L'entreprise aixoise, qui n'a pas vocation à être industrielle, espère ainsi fédérer une filière autour de son projet.
Le second procédé WYSIPS® (What You See Is Photovoltaic Surface), breveté en 2006 et qui vient d'être récompensé, permet à une image de devenir photovoltaïque c'est-à-dire de produire de l'énergie. Applicable sur tous les écrans, il permet d'apporter l'énergie électrique suffisante pour une demi-heure de communication, après une heure d'ensoleillement. Naturellement, la technologie intéresse tout particulièrement les opérateurs mobiles, elle permettrait de résoudre en partie les défaillances des batteries actuelles. En contact avec des fabricants et opérateurs, la société entend procéder par cession de licences d'exploitation. Le marché des mobiles sera probablement le premier à intégrer le procédé mais « les applications sont multiples : communication visuelle, transport, textiles intelligents, intégration des panneaux solaires... », insiste le jeune dirigeant, qui évoque une deuxième levée de fonds, de l'ordre de 10 M€ fin 2011, cette fois auprès d'industriels. La société, trop à l'étroit dans ses murs actuels et pour anticiper les recrutements à venir - 20 personnes en RD en 2011 - cherche un site et idéalement, ce serait sur la technopole de l'Arbois.

Adeline Descamps

Photo : Ludovic Delbois, président de la start-up aixoise

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :