Un ancien conseiller de Claude Guéant nommé sous-préfet de Draguignan

 |   |  315  mots
Stanislas Cazelles, énarque de 35 ans vient de prendre ses fonctions en tant que sous-préfet dans un arrondissement touché, l?été dernier, par les inondations.

Comme il est de tradition, sa prise de fonction ce 18 avril s'est accompagnée d'un dépôt de gerbe sur le monument aux morts de Draguignan. Par décret du Président de la République, en date du 30 mars 2012, Stanislas Cazelles est nommé sous-préfet de l'arrondissement de Draguignan. Un poste laissé vacant depuis le mois de février suite à la nomination de Corinne Orzechowski à la préfecture de Mayenne.

Né en 1977, Stanislas Cazelles est diplômé de l'IEP de Paris et de l'ENA, promotion Léopold Sédar Senghor. Depuis mars 2011, il occupait le poste de conseiller budgétaire au cabinet du ministre de l'Intérieur, de l'Outre-Mer, des collectivités territoriales et de l'Immigration. Un département qu'il connaît bien puisque c'est dans ce ministère qu'il débuta sa carrière.

Le 1er avril 2004, il avait été nommé administrateur civil affecté au secrétariat général du ministère de l'Intérieur, de la Sécurité intérieure et des Libertés locales, dirigé alors par Dominique de Villepin. Il y restera moins d'un mois : nommé fin avril chargé de mission auprès du préfet d'Indre-et-Loire, il est promu en juin sous-préfet de 2ème classe, directeur de cabinet du préfet.

En août 2006, il intègre la Direction de l'évaluation de la performance financière et immobilière du ministère de l'Intérieur (DEPAFI), comme chef du bureau des affaires immobilières de l'administration territoriale à la sous-direction des affaires immobilières ; puis, en 2008, chef du bureau de la synthèse budgétaire et financière à la sous-direction des affaires immobilières.

Promu administrateur civil hors classe en janvier 2010, il nommé en septembre, conseiller technique auprès de Brice Hortefeux puis de Claude Guéant. Aujourd'hui dans le Var, c'est un retour aux sources préfectorales pour ce Nancéen de 35 ans.

F.G


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :