Vacances Bleues : une stratégie de foncière

 |   |  610  mots
En prenant, il y a un an, la tête du groupe marseillais spécialisé dans la gestion des chaînes hôtelières de loisirs, Nicolas Dechavanne ambitionnait d'appuyer le développement de l'activité et de pouvoir annoncer un chiffre d'affaires en hausse de 25 % à l'horizon 2016. Bilan d'étape.

"Nous affichons un bilan 2013 positif. Malgré un contexte économique difficile, les résultats se maintiennent sur le marché du loisir ainsi que sur celui du tourisme d'affaires", annonce, non sans fierté, Nicolas Dechavanne, ancien directeur régional du groupe de restauration Elior recruté il y a un an à la tête de Vacances Bleues. Le tour opérateur marseillais, jadis exploitant des caisses de retraite et qui a entamé il y a quelques années sa mue pour conquérir de nouveaux marchés dont la classe affaires, les citybreakers et les familles, présente un chiffre d'affaires de 87,5 M€ pour l'année 2013 (+1 % par rapport à l'année précédente). Un résultat encourageant selon le nouveau président du directoire qui l'incite à afficher la même confiance que celle exprimée lors de sa prise de fonction où il annonçait vouloir "atteindre un CA de 110 M€ à l'horizon 2016".

Diversification de clientèles

Le groupe marseillais crée en 1971 (900 salariés), dont le cœur de cible historique reste les seniors (55% de la clientèle), se diversifie depuis 12 ans vers d'autres clientèles : les familles (30% des clients) et le tourisme d'affaires (15%). "Ce mixte nous permet d'inscrire un taux d'occupation annuel de 75 %", détaille -t-il. Soucieux d'agrandir toujours plus son portefeuille dans l'Hexagone (23 hôtels en gestion à ce jour, dont 6 en propriété), et à l'étranger, via son activité de tour opérateur, il propose désormais 70 lieux d'évasion dans le monde (progression de 5 % l'an dernier, soit 10,5 M€ du CA).

"Trois nouvelles adresses d'exception"

Le chef de file de Vacances Bleues l'affirme, 2014 se dessinera sous ces mêmes perspectives. Après s'être offert Le Royal, à Nice en 2011, avec la Caisse des Dépôts, le gestionnaire vient grossir son offre de trois nouvelles destinations. La résidence hôtelière "Les Jardins d'Arvore", à Benodet en Bretagne du Sud, qui s'inscrit comme la seule adresse 4* du site, avec ses 130 appartements, et pour lequel un partenariat avec le centre de Thalasso des Termes marins vient enrichir la palette d'activités proposées ; Le village-club 3* "Les Alpes d'Azur", à Serre Chevalier, qui sera rénové pour la saison d'hiver 2015, et qui s'inscrit comme la première station gérée dans les Hautes-Alpes par le groupe ; et, enfin, l'hôtel 4* "Le Splendide", à Dax dans les Landes, un lieu résolument Art Déco, classé aux monuments historiques, et dont Vacances Bleues s'est vu confiée la gestion par la municipalité. "Ces nouvelles destinations représentent pour notre groupe une meilleure couverture géographique, un développement potentiel de chiffre d'affaires d'environ 9 M€ (4 % en 2014) et sont en ligne avec nos objectifs de développer une offre multi-clientèle sur les segments à loisir, business et bien-être", commente Nicolas Dechavanne.


Des défis à relever

La hausse de la TVA de 7 à 10 % ? "Nous allons essayer de faire en sorte qu'elle soit la moins impactante possible sur nos clients et notre chiffre d'affaires. Nous nous positionnons depuis toujours parmi les meilleures offres de prix et nous n'avons pas envie que cela change. C'est un vrai challenge d'autant que nos concurrents directs sont très agressifs en terme de promotions", commente celui qui estime l'augmentation des prix à quelque 5 %.Le tourisme d'affaires fait aussi partie des défis à relever pour le gestionnaire, moins expérimenté sur le segment. Chiffré à 10M€ en 2013, et stable par rapport à l'année précédente, le groupe entend bien booster ce secteur qu'il porte via sa marque Classe Affaires en mettant l'accent sur l'innovation et en capitalisant sur un événement : les 100 ans du Château de Montvillargenne, situé dans la région verdoyante de Chantilly. Un fleuron du portefeuille de Vacances Bleues.


Frédérique JACQUEMIN

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :