Éole Water : Une éolienne qui va produire de l'eau potable grâce au vent

 |   |  397  mots
La PME basée à Sainte-Tulle dans les Alpes-de-Haute-Provence est en train de finaliser à Dubaï les travaux d'installation de son prototype dont la particularité est de fabriquer de l'eau potable à partir de l'air. Tout en préparant une levée de fonds de 2 à 3 M?.

2013 est une année charnière pour la start-up tullésaine. Et ce, à plusieurs titres. Il y a d'abord ces travaux de génie civil, réalisés en ce moment même à Dubaï, et destinés à permettre l'installation de l'éolienne mise au point par Marc Parent, le fondateur et P.d-g d'Éole Water. Une structure quelque peu particulière puisqu'elle présente la spécificité de produire - outre de l'électricité - de l'eau potable grâce au vent. Le procédé est simple : l'air est aspiré, refroidi et la condensation ainsi obtenue crée l'eau alors utilisable comme toute eau potable provenant d'une autre source. 1 000 litres d'eau peuvent être ainsi récupérés par jour.

Et si Éole Water installe son prototype en terre moyen-orientale, c'est pour montrer grandeur nature (30 mètres de haut pour un poids de 12 tonnes) sa technologie aux potentiels clients que sont les grandes entreprises, riches particuliers et apporteurs d'affaires. Car comme l'explique Thibault Janin, directeur marketing et communication "au Moyen-Orient, les acheteurs ne sont pas les utilisateurs".


Éole Water est en train de négocier un virage dans son évolution. Quatre ans après sa naissance (en 2008) et après une phase de développement (des premiers tests en plein désert ont déjà été réalisés et se sont montrés concluants) la start-up souhaite passer à la vitesse supérieure : accélérer la production (démarrée il y a un an, en janvier 2012) et continuer la R&D.

Pour cela, Marc Parent prépare un second tour de table, espérant lever entre 2 à 3 M€. Une première levée de fonds d'1,5 M€ a déjà été conclue en mai 2010, réalisée auprès d'Entrepreneur Venture, fonds de capital-risque parisien. "Nous voulons ouvrir une usine afin d'augmenter la cadence de production - pour l'heure plutôt artisanale", précise Thibault Janin.

Pour assurer sa croissance, Éole Water qui emploie 7 salariés, se dit prête à élire domicile, à contre-cœur, sous d'autres cieux. Peut-être même suisses, l'État helvétique s'étant montré intéressé pour accueillir la PME bas-alpine. Il faut dire que le marché d'Éole Water est essentiellement un marché export. Et que la start-up place évidemment beaucoup d'espoir dans la démonstration dubaïote, qui sera fin prête en avril prochain.

L.B


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :