Le plan de Frédéric Jouve pour sauver les Sharks

Par Laurence Bottero  |   |  469  mots
Frédéric Jouve, DG des Sharks d'Antibes, compte impulser le rebond de l'équipe de basket masculin. (Crédits : DR)
Comment l'ancien directeur des programmes de RTL déroule sa stratégie pour propulser l'équipe de basket d'Antibes en tête des parquets nationaux et… plus si affinités.

Depuis près de deux ans, il est un acteur du basket azuréen. Professionnel des medias, habitué aux stratégies entreprenariales comme de communication, Frédéric Jouve semble plutôt s'amuser du challenge qu'il s'est lui-même lancé : redonner toutes ses lettres de noblesse et les titres qu'elle mérite à l'équipe masculine de basket d'Antibes. Déjà, début décembre, son plus beau cadeau a été la sélection de quatre de ses joueurs pour le All Star Games - le grand show à l'américaine qui réunit les meilleurs joueurs de la LNB (Ligue Nationale de Basket) - et qui s'est tenu le 30 décembre au sein de l'Accor Hôtels Arena. Une cerise sur le gâteau de son plan de sauvetage, aussi inattendue que savourée.

Tactique offensive

Lorsque Frédéric Jouve prend la direction générale des Sharks en février 2014, ceux-ci détiennent un double triste titre, celui du club le plus endetté du Championnat de France de Pro A avec un déficit d'1,8 M€ et à la traîne, puisque trustant la dernière place.

"Le club était en redressement judiciaire. J'ai coupé le budget, qui se montait alors à 4,4 M€, en deux. Nous sommes descendus en Pro B, puis nous sommes remontés dans l'élite. Aujourd'hui l'économie du club est saine, les comptes sont à l'équilibre", résume Frédéric Jouve.

Classé dans le Top 5 du championnat, les Sharks osent montrer les dents et la sélection de 4 joueurs pour le All Star Game est un réel signe positif. "Tout cela valide le modèle économique", se réjouit Frédéric Jouve, "ce sont des marqueurs, des points de valorisation importants pour les partenaires".

Esprit d'entreprise

Venu avec son esprit d'entrepreneur, Frédéric Jouve a donc aussi ouvert les Sharks vers ce nouveau monde. C'est ainsi qu'est né le Sharks Business Club, qui réuni 148 partenaires, de la TPE au grand groupe, issus de 65 secteurs d'activité différents. Un département innovation devrait bientôt voir le jour au sein du club, axé sur l'optimisation de la performance sportive.

"Nous allons intégrer des start-ups, des acteurs du digital et du numérique ainsi que de la recherche fondamentale. Nous comptons attirer les industries qui n'investissent pas dans le milieu sportif comme dans celle du well-being ou l'agro-alimentaire", précise Frédéric Jouve qui entend bien faire de la croissance pour pérenniser le modèle économique adopté.

Le budget actuel de l'équipe est de 2,7 M€ - soit l'avant-dernier budget de Pro A - financé conjointement par la Ville d'Antibes, la Communauté d'agglomération Antibes Sophia-Antipolis, le Conseil départemental et la Région PACA. Autant dire que les entreprises qui voudraient apporter leur soutien financier sont les bienvenues.