Qui est le futur président du CJD Marseille ?

 |   |  305  mots
Matthieu Capuono veut participer au développement du territoire marseillais.
Matthieu Capuono veut participer au développement du territoire marseillais. (Crédits : DR)
Associé du cabinet d'expertise-comptable Ficorec, Matthieu Capuono est persuadé que le potentiel économique du territoire mérite de s'impliquer. En juillet prochain, il prendra la succession d'Arnauld Lutin, l'actuel président.

Il a gardé de ses premiers pas professionnels à New-York cet esprit américain qui n'a pas peur d'oser. Issu de Kedge quand la business school s'appelait encore Euromed, Mattieu Cappuono est associé du cabinet d'expertise-comptable et de commissariat aux comptes marseillais Ficorec. Une entreprise familiale qu'il dirige avec son père et qui emploie aujourd'hui 35 collaborateurs et génère un chiffre d'affaires de 2,8 M€. Une entreprise qui comporte trois associées féminines et qui annonce plutôt fièrement un taux de 70 % de féminisation de son effectif.

Impact

S'il se destinait prioritairement à une carrière dans le marketing au Japon c'est finalement dans l'audit financier au cœur de Big Apple que Matthieu se lance. En 2011, il revient à Marseille, sa ville natale, faisant partie de ce mouvement de jeunes marseillais qui après avoir fourbit leurs premières armes sous d'autres cieux reviennent dans la Cité phocéenne. Une ville au potentiel évident, qu'il mesure encore davantage au travers de son métier, les clients du cabinet étant autant la PME locale que la société internationale cotée. Le Centre des Jeunes Dirigeants, "mouvement apolitique qui a un impact sur le territoire" porte, dit-il, "les mêmes valeurs" que lui. "Nous avons la chance de pouvoir participer à notre échelle à l'économie du territoire", avoue Matthieu Capuono. C'est notamment via un fonds de dotation que le duo Capuono père et fils s'implique aussi à sa façon, tourné vers la solidarité et la protection de la femme.

"Ce fonds est pour l'heure abondé par nos clients mais notre objectif est de l'ouvrir, de le structurer, le but étant d'en faire un fonds territorial. Il y a urgence à faire des choses".

Le nom de son programme au CJD qui sera dévoilé lors de sa prise de fonction en juillet prochain ? "Osons l'ambition".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :