Virginie de Barnier : "Notre stratégie est une stratégie de rupture"

Par Laurence Bottero  |   |  465  mots
Virginie de Barnier déploie une stratégie différenciante et pour l'IAE Aix-Marseille. (Crédits : DR)
Ne pas adopter le même plan de développement que les autres business schools, favoriser le savoir-être pour faire des étudiants de futurs manageurs responsables, c'est le credo de la directrice de l'IAE Aix-Marseille

Atypique ou à contre-courant, voilà qui pourrait qualifier le parcours de Virginie de Barnier. Venue du monde de la publicité (chez Havas), professeur elle-même, elle assume depuis 2013 la direction de l'IAE Aix-Marseille. De ce parcours effectué à la fois dans le public et le privé, elle veut en tirer la substantifique moelle et offrir aux étudiants "le meilleur des deux mondes". C'est-à-dire s'inspirer de ce qui est fait dans le privé avec les réseaux alumni, mais s'appuyer sur la recherche comme le fait l'Université. "La recherche est là pour servir la pédagogie", insiste Virginie de Barnier, qui voit dans l'immense diversité d'origine géographique - 32 % d'étrangers pour 49 nationalités - et de parcours éducatif des 800 étudiants, une vraie richesse qui doit s'accorder avec le profil international des professeurs.

Positionnement de niche

"Nous diplômons en Master I et II et en doctorat, mais pas en Licence", précise Virginie de Barnier qui explique vouloir participer au rayonnement d'Aix-Marseille Université à laquelle l'IAE est rattachée.

"Nous avons un positionnement de niche et ma volonté est de développer l'école de manière maîtrisée. Ainsi le nombre d'étudiants pourrait grimper jusqu'à 900 ou 1 000 mais pas davantage. Notre équation c'est un professeur pour 27 élèves, notre priorité est donnée à un fort encadrement".

Une stratégie - validée par le conseil d'administration de l'école - que Virginie de Barnier présente comme en rupture avec celle des autres business schools qui ont plutôt tendance à la concentration et à chercher à avoir toujours plus d'étudiants.

"Je suis persuadée que c'est la méthode qu'il faut adopter. Nous ne vendons pas des pots de yaourts, mais de l'enseignement".

Et la valeur centrale qui est enseignée est le savoir-être. Quitte pour cela à reproduire ce que fait Harvard.

"Nous faisons signer - cela n'est cependant pas obligatoire - un serment du manageur. L'objectif est de faire que les étudiants deviennent des manageurs responsables".

Besoin de financement

Classé par le Financial Times au 17ème rang français, l'IAE Aix-Marseille s'enorgueillit surtout de sa première place en ce qui concerne le ROI. Disposant d'un budget de 11 M€, financé à 58 % par l'Etat, à 15 % par les frais de scolarité et à 17 % par les entreprises, Virginie de Barnier tente d'anticiper la baisse de la dotation de l'Etat et refuse parallèlement d'augmenter les frais de scolarité. C'est donc vers le monde entreprenarial qu'elle se tourne. Pour assurer notamment l'augmentation du budget qui devrait atteindre 12,7 M€ en 2020. Mais aussi pour financer la rénovation intérieure du bâtiment tandis que celle du campus, un projet estimé à 4,3 M€, sera financé par l'Etat et la Région notamment. La livraison est attendue pour 2018. L'IAE Aix-Marseille est le premier centre de production de thèses en sciences de gestion en France.