La Provence, gagnante du French Tech Ticket ?

 |   |  403  mots
(Crédits : Bpifrance)
Les start-ups étrangères choisiront-elles de venir entreprendre sur le territoire d'Aix-Marseille ? Pour celles qui auront décidé d'avoir la mer et les cigales comme décor, c'est l'incubateur Belle de Mai qui s'y colle. Avec un programme taillé sur mesure.

L'idée est simple : inciter les startups étrangères à venir entreprendre sur le sol français avec comme carotte un accompagnement spécialisé.

Décliné une première année à Paris, le French Tech Ticket s'étend pour cette seconde année aux régions. Et pour la Provence, c'est l'incubateur Belle de Mai qui a été sélectionné pour accompagner la croissance de ces jeunes pousses venues de l'étranger.

Donnant donnant

Dans le concret, les start-ups candidates précisent trois territoires au sein desquels elles aimeraient s'implanter. C'est ensuite à l'incubateur d'entreprendre la sélection des jeunes pousses les plus prometteuses à accueillir dans la liste de celles ayant coché Aix-Marseille. Un système qui joue avec un double effet. Pour l'heure c'est à Belle de Mai de donner envie aux porteurs de projets de venir s'établir en Provence. On ne doute pas que l'effet Aix-Marseille French Tech joue aussi à plein. Mais comme le précise Céline Souliers, la directrice de l'incubateur "nous activons aussi nos réseaux sociaux". Ou comment faire savoir au plus grand nombre... "Il faut se différencier sur l'accompagnement et l'écosystème".

En novembre prochain, ce sera au tour de l'incubateur de regarder de près le profil des jeunes pousses, plutôt d'ailleurs celles tournés vers le multimédia et l'IOT comme le veut sa spécialisation. "Nous serons attentifs au concept et aux Proof of concept (POC)", précise Céline Souliers. De fait, un accompagnement de 12 mois sera proposé avec Masterclass, rencontres avec investisseurs, networking...

Outil supplémentaire

N'empêche que l'idée est plutôt bonne pour ce qui est de faire venir à soi des entrepreneurs innovants. "Nous avions déjà des entrepreneurs étrangers qui venaient nous voir", souligne Céline Souliers. Mais "nous n'avions pas de financement à la clé". Or French Tech Ticket s'accompagne d'une enveloppe de 45 000 euros. Pour Laurence Soldermann directrice des programmes Start in Provence et Home Sweet Home au sein de Provence Promotion, le French Tech Ticket s'intéresse - le hasard est heureux - "nos pays cibles, c'est-à-dire les Etats-Unis et l'Inde notamment". Ce qui, côté agence de développement économique, permet d'avoir un outil de promotion de plus dans son escarcelle. D'autant que, et cela Laurence Soldermann le rappelle pour ceux qui auraient tendance à l'oublier, "la France est une terre promise en terme de R&D". Un Ticket pour le succès ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :