Marketing Méditerranée, junior entreprise de choc

 |   |  663  mots
(Crédits : DR)
En créant deux marques supplémentaires, tournées vers le sport et le digital, la junior entreprise de Kedge BS à Marseille continue de se démarquer de ses homologues en France et en Europe. Et n’a pas à rougir de son chiffre d’affaires.

La pédagogie par l'action, pilier de l'enseignement prodigué chez Kedge Business School peut donner de jolies pépites. Enfin...  pépite, façon de parler : la junior entreprise répondant au nom de Marketing Méditerranée et figurant parmi les 25 associations tenues par les étudiants n'est pas ce que l'on peut appeler une jeune pousse. Cela fait près de 47 ans en effet qu'elle a pignon sur collines, haut perchée sur le campus de Luminy, à Marseille. Plus de quatre décennies pendant lesquelles les étudiants l'ont investie à tour de rôle, chaque promotion étant en place pour un mandat de deux ans. Les recrutés de l'an dernier, au nombre de sept, ont choisi à leur tour ceux qui leur succèderont aux commandes à l'automne 2017. Ils seront douze... "Fin octobre, nous recrutons une nouvelle équipe. Nous formons les membres jusqu'au mois de décembre, puis ils deviennent consultants. A la fin de l'année, chacun réfléchit au poste qu'il souhaiterait occuper", explique Alexandre Coste, responsable marketing. L'année suivante, les consultants ayant pris du galon vont à leur tour choisir leurs successeurs et s'illustrer dans le mentoring. Déjà, une expérience indéniable en termes de RH et de management. Mais c'est loin d'être la seule corde à l'arc de ces cadres en herbe.

Six domaines de compétences

"Nous réalisons près de 70 études chaque année, en nous illustrant sur 6 domaines de compétences : marketing, audit, communication, finances, RH et stratégie", énonce Nolivet Baddy, présidente de Marketing Méditerranée. Pour gagner en visibilité, les membres de l'association ont créé des marques. En 2008, Marketing Méditerranée Environnement a vu le jour, accompagnant les entreprises dans leur démarche RSE et détenant la licence pour réaliser leur bilan carbone. La même année est née également Marketing Méditerranée Design. Et en 2016, deux nouvelles venues, en gestation lors des mandats précédents, ont également été lancées : l'une concerne le domaine sportif, et se prévaut déjà de certains résultats. "Nous avons accompagné une agglomération française dans la mise en place de la politique sportive de chacune de ses communes, suite à un appel d'offres. Une grande satisfaction pour nous", avance Alexandre Coste. Et ce n'est visiblement pas la première fois que la junior entreprise dame le pion à des cabinets professionnels...  Enfin, la dernière marque concerne le digital. "Nous avons constaté, grâce à une étude, que les PME ne sont pas autant adaptées au numérique que les grandes entreprises, qui, elles, ont pu mettre en place un service dédié afin de franchir le cap de la digitalisation. Nous en avons déduit qu'il y avait une opportunité de marché", explique la présidente. L'idée étant de proposer un service externalisé pour les PME, dont les outils se mettent progressivement en place.

Cinq prix d'excellence

Un positionnement volontariste  qui porte ses fruits : Marketing Méditerranée totalise chaque année entre 400 000 € et 500 000 € de chiffre d'affaires. "Nous sommes également la junior entreprise la plus titrée de France et d'Europe, avec 17 prix remportés, dont 5 d'excellence... et nous espérons vivement que notre équipe en remportera un nouveau cette année". Parmi ses clients, des PME, des collectivités, mais aussi des grands comptes. Un modèle qu'elle n'hésite pas à exporter, puisqu'elle a lancé, voilà 11 ans, une première junior entreprise en Tunisie, elle aussi adossée à une école supérieure de commerce. Elle a également fait des petits en Russie et à Taïwan, cette dernière lancée tout récemment. "Notre responsable international s'y est rendu cet été pour la développer. C'est la première junior entreprise d'Asie". Bref, une expérience formatrice qui "nous permet d'avoir en deux ans une vision à 360 degrés d'une entreprise", conclut Nolivet Baddy. Sans nul doute, une ligne de poids sur le CV de ces futurs cadres ou entrepreneurs de demain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :