Pourquoi Gurkin Invest Films s’implante en Corse

 |   |  471  mots
(Crédits : Reuters/Agencja Gazeta)
Le fond d'investissement sous forme de PME audiovisuelle créé en mai dernier à Marseille par la productrice Sabrina Roubache essaime sur l'Île de Beauté.

La PME audiovisuelle créée par Sabrina Roubache en mai dernier essaime déjà... et se pique d'insularité. Gurkin Invest Films Corse va voir en effet  le jour à la mi-décembre, avec l'objectif, comme sa grande sœur, de lever des fonds propres afin de financer les films au portefeuille de la boîte de production marseillaise. Avec une même démarche : territorialité des dépenses et tournage sur le périmètre de l'Île de beauté  afin de vitaliser son tissu économique. Mais... pourquoi la Corse ?

"A Marseille, nous avons connu une belle phase d'amorçage depuis mai et nous allons atteindre l'objectif que nous nous étions fixés. A savoir, réunir 1M€ en l'espace d'un an d'exercice. Nous commençons à avoir la capacité de financer plusieurs projets en même temps. Nous souhaitions donc sans plus tarder réitérer l'expérience sur un autre territoire. En Corse, nous constatons aussi tout un écosystème relatif à l'industrie cinématographique. Il y a des techniciens, des intermittents, mais aussi une richesse de décors incroyable, un taux d'ensoleillement équivalent à celui de Marseille, voire même supérieur. Et une population accueillante. Elle ne s'y trompe pas : Quand on emmène de l'emploi de façon intelligente, elle vous ouvre les bras".

Se structurer comme une start-up

Mais ce n'est pas la seule raison de la création de cette nouvelle PME : "des fonds d'investissement de proximité (FIP) corses se sont rapprochés de nous, avec une volonté avérée d'investir dans des structures fiables du secteur cinématographique. La condition sine qua non pour qu'ils injectent de l'argent dans Gurkin Invest Films, c'était de créer une structure localement". Et, bien entendu, d'amener des tournages sur le territoire. Ce sera notamment le cas avec une comédie de Jérôme L'Hotsky, d'un budget de 4 M€ (d'ores et déjà bouclé), qui se tournera, dès le mois de mai 2017, pour un tiers en Corse et pour deux tiers en PACA. Son nom : "on aurait dû aller en Grèce", avec à l'affiche Thierry Lhermitte, Charlotte de Turkheim et Alisson Paradis.

Comme son pendant basé sur le continent, Gurkin Invest Films Corse a pour objectif de réunir en un an, donc d'ici fin 2017, 1M€. Avec une particularité, toutefois, au niveau du capital : "je cèderai à ces FIP une grande partie des bénéfices directs, je me mets à leur niveau en termes de partage desdits bénéfices, afin qu'ils puissent rapidement devenir rentables". Et bien sûr, une volonté : que la nouvelle née suive les pas de sa grande sœur marseillaise, qui "est en train de se structurer comme une start-up pour aller encore plus haut. Nous allons engager un DAF... Mon ambition pour cette PME, c'est qu'elle grossisse vite, mais bien".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :