Quelle stratégie pour Wijet en Côte d'Azur ?

 |   |  592  mots
Wijet compte tripler le nombre de ses vols en 2017 sur les destinations de Nice et Cannes.
Wijet compte tripler le nombre de ses vols en 2017 sur les destinations de Nice et Cannes. (Crédits : DR)
La compagnie française d'aviation d'affaires – qui dispose de deux bases permanentes à Cannes-Mandelieu et Nice – entend tripler sa cadence en 2017.

Si sept ans - l'entreprise a été créée en 2009 - est souvent considéré comme l'âge de raison, pour ce qui concerne la Côte d'Azur, il aura fallu trois ans pour que Wijet mesure les effets de sa stratégie. Il faut dire que la compagnie a mis le turbo depuis la pose de son tout premier avion en 2013.

Cannes-Mandelieu en tête de pont

Car c'est d'abord avec une première base permanente sur l'aéroport de Cannes-Mandelieu - connu pour être spécifiquement dédié aux vols privés - que la compagnie française aborde le marché azuréen. Une implantation idéale, l'aéroport étant situé entre celui de Nice, à l'est et celui de la Môle à Saint-Tropez à l'ouest. D'ailleurs depuis ce dernier, Wijet affirme être la compagnie aérienne effectuant le plus de vols. L'investissement alors se justifie par un secteur territorial riche en congrès BtoB et en festivals internationaux.

Objectifs qui s'envolent

C'est en partie ce qui explique aussi l'installation d'une base permanente à Nice, effective depuis quelques semaines. "Nice est l'un des aéroports principaux pour les jets privés", confie Corentin Denœud, co-fondateur de l'entreprise qui ne cache pas ses perspectives de croissance sur la zone. Avec 150 vols enregistrés au cours des douze mois écoulés en liaison directe sur les seules destinations de Cannes et Nice, Wijet compte multiplier par trois les mouvements et comptabiliser 450 vols en 2017 sur ces mêmes destinations. Voire même atteindre 720 vols en y incluant l'aéroport tropézien. Dans ce contexte, l'annonce du retour du Grand Prix de Formule 1 au Castellet en 2018 constitue un plus non négligeable dans le plan de développement de la compagnie.

Relais de croissance

"Nice était une demande récurrente de la part de nos clients depuis deux ans", poursuit Corentin Denœud. "Notre activité sur la Côte d'Azur est portée par les salons liés à l'immobilier, à la publicité, au cinéma... Notre notoriété est grandissante, cela a permis de positionner Wijet comme une marque". Il faut rappeler que Wijet s'est lancé en 2009, en pleine crise. Et que la compagnie évolue a contrario par exemple de la conjoncture en Côte d'Azur.

"Nous enregistrons une croissance de 40 % en Côte d'Azur. Au lendemain de la crise de 2008, notre succès s'est expliqué par la volonté de nos clients - essentiellement une clientèle corporate NDLR - de rationnaliser les vols et les coûts. Dans le contexte tendu après les attentats notamment, nous connaissons une hausse de fréquentation, nos clients voulant sécuriser leur propre déplacement, éviter le passage par des zones encombrés des aéroports", explique Corentin Denœud.

Surtout, la force de frappe de Wijet s'est renforcée par le rachat de son concurrent, le britannique Blink en septembre dernier, lui permettant de faire grossir sa flotte, de 6 à 16 avions.

Economies d'échelle

D'autant que Wijet ne bénéficie pas de concurrent qui soit positionné sur le même business-modèle, c'est-à-dire un seul type avion - le Citation Mustang de Cessna - de quatre places et une commercialisation en direct. "Cela nous permet de réaliser des économies d'échelle", avoue l'entrepreneur parisien alors que "les autres compagnies d'aviation privées commercialisent auprès d'intermédiaires qui commercialisent auprès d'investisseurs finaux".

Wijet est également basée au Bourget, à Bordeaux, Lyon, Bruxelles, Genève ou le Luxembourg. Elle emploie une centaine de salariés pour un chiffre d'affaires 2016 de 18,5 M€, celui-ci devant atteindre 28 M€ en 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :