Fabrice Alimi : "Le mentorat, c'est le business act de l'emploi"

 |   |  489  mots
(Crédits : DR)
Dans la course à la lutte contre le chômage et les postes non pourvus, cette façon de lier professionnels et jeunes pourrait être l'une des réponses adéquates. C'est la conviction du président de la commission Emploi de la CCI Marseille Provence qui lance l'expérience sur le territoire métropolitain.

Fabrice Alimi l'avait annoncé en septembre dernier. Suite à des mois de brainstorming collectif, ce professionnel de l'immobilier dans le civil avait identifié des pistes tout a fait capables de répondre aux problématiques de l'emploi. Après le "teasing" voici le passage à la phase action.

1+1

Baptisée Tandem, l'opération made in CCIMP s'appuie sur le mentorat. Un choix que le président de la commission Emploi explique, détaille, étaye.

"Un jeune qui bénéficie d'un réseau structuré arrive plus vite en orbite. C'est lui permettre de gagner en temps et en efficacité".

Le mentorat c'est en effet cette façon de mettre en présence un professionnel, par définition expérimenté et avec du réseau, et un jeune ouvert à l'apprentissage sous toutes ses formes, y compris et surtout dans la façon de se comporter pour s'insérer intelligemment sur le marché du travail.

"Il faut transformer le regard et la méthode sur le sujet emploi", dit Fabrice Alimi. Adieu la façon de faire en silo. Chacun dans son coin, ça marche moins bien que tout le monde ensemble. Quand on sait que pas moins de 480 structures différentes s'emparent du sujet emploi sur le territoire de la métropole Aix-Marseille Provence, ça laisse forcément songeur sur l'efficacité globale.

Et puis le mentorat c'est bon pour tout le monde, le mentor y compris. "C'est la possibilité de s'aérer la tête, de renifler les tendances, de rester connecté à la vie, à l'innovation qui naît en dehors des entreprises. Le jeune est inspirant. C'est aussi former un futur collaborateur, peut-être pour soi mais peut-être aussi pour une autre entreprise du territoire. Chacun avec son style et sa compétence. Le mentorat fonctionne comme le business act, c'est faire travailler du lien entre les entreprises".

Nouvelle perspective

Concrètement, ce Tandem s'appuie sur une centaine de membres de la CCIMP, élus ou membres associés prêts à s'engager dans l'aventure en tant que mentors. Les différentes têtes de réseau sont également inclues dans l'initiative. "Lorsque l'on est dans un collectif uni, c'est médiatique et efficace", affirme Fabrice Alimi.

L'idée, connexe, c'est aussi de montrer la dynamique d'un territoire métropolitain encore trop stigmatisé du côté obscur de la force. "Nous devons rester dans la lumière positive. Nous travaillons à un nouveau modèle pour ce territoire. Notre solution est innovante", ajoute le président de la commission Emploi. Qui prépare une lettre ouverte qui sera envoyée d'ici la fin de l'année au Président de la République, proposant un ensemble d'expérimentations pouvant être menées.

Mouvance récente en France, issue du monde de l'entreprise, souple, espace d'échange, basé sur la bienveillance, le mentorat sauvera-t-il l'emploi ?

Il peut a minima contribuer à une autre façon d'appréhender le sujet. Ce qui est déjà pas mal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :