Les fonds européens, c'est (peut-être) fini ?

 |   |  415  mots
(Crédits : Valentyn Ogirenko)
C'est la crainte du président de la Région PACA qui exhorte la Commission à ne pas couper les vivres financières aux régions. Parce que d'après Renaud Muselier, le Brexit, ce n'est pas que très mauvais pour la City, ça peut l'être pour les fonds européens aussi.

On le sait fervent défenseur de l'Europe. Et tout autant fervent défenseur des régions puisque comme La Tribune le précisait dans un article fin octobre, Renaud Muselier assurera la présidence de Régions de France en 2019.

C'est donc avec ces deux casquettes que le président de Provence Alpes Côte d'Azur et député européen monte au créneau. Il y a eu certes ce matin un séminaire organisé à Marseille sur les perspectives de l'Union européenne après 2020 avec dans le public Jacques Mézard, le ministre en charge de la cohésion des territoires et Hervé Morin, le président de Régions de France mais le sujet va au-delà d'un événement. Il est surtout prioritaire pour l'économie des territoires.

Et ça, c'est bien le message sur lequel Renaud Muselier insiste. Le Brexit ? Une mauvaise nouvelle tout bien considéré car il n'y aura pas, selon lui, que la City qui serait touchée mais bien le budget européen tout entier. Une baisse de budget qui serait capable de menacer les fonds européens gérés par les régions ? C'est sa crainte. Et là ce serait l'économie locale qui serait touchée.

13ème mois

C'est que le poids des fonds européens est bien loin d'être négligeable pour les Régions de l'Hexagone : 28 M€ entre 2014 et 2020 dont 15,5 Mds€ pour le développement économique, l'emploi et l'aménagement du territoire, 11,5 Mds € pour l'agriculture, 588 M€ pour la pêche et la politique marine. En Provence Alpes Côte d'Azur, plus de fonds européen et c'est un milliard d'euros qui ne serait plus injecté dans des projets locaux.

"Aujourd'hui l'Europe c'est notre 13ème mois", résume Renaud Muselier.

Le manque à gagner qui ne serait vraiment pas une bonne nouvelle pour le territoire. Ce serait surtout des fonds en moins pour les entreprises, et pas que celles versées dans  l'innovation mais auss, celles de l'artisanat, de l'agriculture aussi. Il faut donc sauver le soldat fonds européens. Et pour cela Renaud Muselier appelle à la force de l'union, celles des Régions et de l'Etat. Le jouer collectif, c'est bien ça. Sur le terrain c'est encore mieux que dans les discours... Renaud Muselier place donc sa confiance dans la   vision européenne du Président de la République. Où il est question d'exister "dans le concert des nations". L'attractivité et le développement économique, les deux mamelles des territoires...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2017 à 16:58 :
Un 13 ème mois pour les régions grâce à l'Europe ? Pourtant la France est contributrice net d'environ 6 milliards au profit de l'Europe .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :