Smart City : Smartseille et Interflex récompensés

 |   |  274  mots
De gauche à droite, Jean-Michel Royo (Arkea Banque Entreprises et Institutionnels), Arlette Fructus et Daniel Sperling (Mairie de Marseille), Christian Estrosi (Métropole Nice Côte d'Azur), Philippe Monloubou (Enedis).
De gauche à droite, Jean-Michel Royo (Arkea Banque Entreprises et Institutionnels), Arlette Fructus et Daniel Sperling (Mairie de Marseille), Christian Estrosi (Métropole Nice Côte d'Azur), Philippe Monloubou (Enedis). (Crédits : DR)
Lors du Forum Smart City La Tribune organisé à Paris ces 28 et 29 novembre, les deux projets orientés ville intelligente et smart grids, portés respectivement par la Ville de Marseille et la Métropole Nice Côte d'Azur ont été distingués. Une façon de démontrer la force de PACA en matière de smart city.

Un prix c'est toujours une reconnaissance. Reconnaissance d'une stratégie et reconnaissance d'une vision. Et c'est bien cela que le palmarès Smart Cities La Tribune, organisé avec France Urbaine a voulu souligner. Car la ville intelligente se déploie aussi dans les métropoles, qui sont des lieux d'expérimentation souvent à grande échelle.

C'est le cas de Smartseille, porté par Eiffage et qui prend place dans le périmètre d'Euroméditerranée à Marseille. Smartseille qui est un démonstrateur de ce que peut, doit être l'habitat et le logement de demain comprend 58 000 m2 de logements, bureaux et équipements étalés sur 2,7 hectares et des innovations comme la boucle à eau de mer. Un démonstrateur encouragé par la Ville de Marseille, le sujet logement et smart city étant pris en main par Arlette Fructus et Daniel Sperling, adjoints respectivement en charge de ces sujets. Et qui sont venus à Paris recevoir leur prix spécial "Logement" des mains de Jean-Michel Royo, membre du directoire d'Arkea.

C'est aussi le cas d'Interflex. Plus exactement de Nice Smart Valley, porté par Enedis, Engie, GRDF, GE, Socomec et EDF. Lui aussi est un démonstrateur, le seul français issu du projet européen Interflex qui fait partie du programme Horizon 2020.

Son ambition est concrète : elle est de trouver un modèle économique aux smart grids.

Parce que la ville intelligente n'est pas juste une philosophie ou une incantation. C'est désormais l'heure de la faire réalité. Et les métropoles, avec leurs besoins et ambitions économiques, sont comme autant de briques constructives. C'est cela qui doit être l'ambition "politique", dans le sens noble du terme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :