Alpes-Maritimes : un Pôle métropolitain pour quoi faire ?

 |   |  661  mots
(Crédits : CCI NCA)
Pour faire plus efficient, plus efficace, plus cohérent et aussi pour être plus fort en poids et en visibilité. Telle est la philosophie du rassemblement entre Cannes, Grasse, Antibes et Alpes d'Azur. Une vision assez innovante de l'action publique aussi.

Tels les 3 Mousquetaires, ils sont 4. Quatre EPCI unis par les liens sacrés du mariage de raison, né du mariage d'amour, c'est-à-dire de la bonne entente entre les présidents des communautés concernées. En plus d'être malin dans l'esprit, c'est surtout assez innovant dans la forme.

Pour faire court, Cannes - capitale du cinéma -, Grasse - celle du parfum -, Antibes - qui se targue de "posséder" le parc technologique n°1 en Europe, Sophia-Antipolis - et Alpes d'Azur - territoire de montagne, ont décidé de faire pot, projets, développement et philosophie communs.

Politique collaborative

La philosophie justement s'appuie sur une idée simple : réunir les forces pour être plus efficace. Une façon de décliner l'usuelle "union fait la force", celle qui permet de peser davantage sur l'échiquier et d'être plus efficace sur le terrain.

C'est l'idée défendue par David Lisnard, le maire de Cannes et président de la communauté de communes Pays de Lérins qui en revient toujours à ses arguments de marketing territorial c'est-à-dire "avoir une cohérence de l'offre", "une optimisation de l'espace qui ne peut plus être gaspillé, une vision de fertilisation croisée" (le terme étant emprunté à Pierre Laffitte, le fondateur de Sophia-Antipolis NDLR). "Ensemble main dans la main nous serons plus forts. Nous sommes conscient que nous devons travailler en complémentarité et non en concurrence", ajoute le maire de Grasse et président de la communauté Pays de Grasse, Jérôme Viaud.

Et les quatre communautés d'inventer ainsi une nouvelle façon de faire de la politique : la politique collaborative.

Un regard porté tous ensemble dans la même direction pour le meilleur - l'efficacité - et pas le pire - des dépenses qui exploseraient.

Ce que ce n'est pas

C'est exactement ce que souligne Jean Léonetti. Le maire d'Antibes et président de la communauté d'agglomération Sophia-Antipolis dit tout ce que ce Pôle métropolitain n'est pas. "Ce n'est pas un pendant antagoniste à la Métropole Nice Côte d'Azur, ce n'est pas une fusion des agglomérations concernées, ce n'est pas un substitut aux prérogatives du Département". Pas d'administration dédiée, pas de nouveau logo, le but étant de ne pas se voir reprocher ce que la Cour des comptes fait souvent "remarquer des superstructures, plus d'efficacité mais aussi plus de dépenses. Ici c'est plus d'efficacité et moins de dépenses".

Business modèle

Si l'esprit est clair, le principe du Pôle s'inscrit dans un modèle précis. Une présidence tournante - pour 2018, elle échoit à David Lisard, 2019 sera l'année de Jean Léonetti et 2020 verra le tour de Jérôme Viaud. Tous les trimestres, un projet commun sera mené. Cela a commencé il y a quelques jours par le déploiement de bornes de recharges électriques et le calendrier prévoit déjà une mise en réseau des pépinières dès le mois de juin, pour mieux accompagner entreprises et startups, ainsi que le lancement d'un Pass Culture Jeunes. En septembre sera menée une campagne de sensibilisation sur les déchets mais c'est en décembre que le déploiement d'une application mobilité concernant les 4 agglomérations devrait montrer toute l'efficience du rapprochement entre ces territoires, unis, quoiqu'il en soit, historiquement et économiquement.

De pôle à Métropole ?

En chiffres, le Pôle métropolitain réunit 450 000 habitants, 86 communes soit plus de la moitié de ce que comprend le département. C'est 70 464 entreprises et établissements dont 1 777 sont anglées R&D, 143 554 emplois dont plus de 50 % des emplois industriels des Alpes-Maritimes. Bref, une vraie force économique. Un poids certain. De pôle à Métropole, y a-t-il un pas qui peut être franchi ? Pour cela, il faudrait atteindre les critères demandés. Et ce n'est pas le cas. En tout cas, pas pour le moment...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :