"La révolution technologique doit transformer l’assurance"

 |   |  581  mots
(Crédits : DR)
Pour le secteur de l’assurance aussi, le digital représente une formidable opportunité de développement. Car ce qui fait la richesse actuelle et surtout future de cette activité, ce sont les informations qui proviennent des clients, particuliers et entreprises, quelle que soit leur taille, petite, moyenne ou grande, quelle que soit leur localisation, dans les régions ou à Paris.

Le métier des acteurs de l'assurance, c'est de protéger les clients. Et l'utilisation intelligente de ces données y contribue et va y contribuer de plus en plus. Car elle renforce la dimension "conseil" de ces métiers. Le recours au digital et particulièrement aux données apporte une nouvelle dimension à tous les aspects de ces professions assurantielles, que ce soit en gestion ou en relation clients.

Du Big Data aux smart data

Bien sûr, dans le monde de l'assurance, les données ont toujours joué un rôle clé. Mais les nouvelles technologies viennent apporter un gros plus, à la fois en matière de business et de préconisation. Elles permettent notamment d'apporter plus de valeur ajoutée aux clients de cette industrie, de passer de l'ère du Big Data à celle des smart data, les données que l'on rend intelligentes et qui sont au cœur de l'expertise de cette profession. Les clients des acteurs de l'assurance en profitent de plus en plus mais aussi les clients de ces clients, à travers une spécialité essentielle quoique parfois méconnue, l'assurance affinitaire. Les besoins des clients finaux, vous et moi, sont mieux compris et donc mieux traités grâce à cette utilisation optimisée des données. La clé de ce métier, c'est de bien connaître son client, d'allier partenariat et proximité, d'être auprès de lui un tiers de confiance. C'est à cette condition que l'on peut dépasser la seule identification des risques pour arriver au stade où l'on peut mesurer la portée de ces risques.

Marier technologies et expertise humaine

Les nouvelles technologies font franchir un pas de géant à l'industrie de l'assurance... à condition de les marier à l'expertise et l'intelligence humaines qui ont toujours constitué les atouts clé des meilleurs acteurs du secteur. En la matière, les actuaires travaillent aujourd'hui main dans la main avec les data scientists.  Ces complémentarités sont aussi géographiques. Aujourd'hui avec l'aide de cette transformation digitale, on peut, on doit être vraiment local et global, au plus proche du terrain et capable également de mutualiser, de saisir les signaux faibles pour anticiper les grandes tendances de demain. Le résultat ? Plus d'efficacité, plus de valeur ajoutée, pour les clients comme pour leur partenaire assureur.

Gagner la bataille des talents

L'autre condition de l'apport réussi des technologies au métier de l'assurance, c'est de faire réussir à travailler toutes les équipes ensemble, de mettre fin aux organisations en silos. Comment sait-on qu'on y parvient ? Quand les clients racontent vivre une nouvelle expérience, quand les talents affluent sur votre stand lors d'un événement et réclament des informations sur l'entreprise, quand les salariés participent avec enthousiasme à  un hackathon lancé en interne et dialoguent avec les Millenials récemment embauchés. Tout le monde l'a compris aujourd'hui : la bataille des talents est devenue un enjeu essentiel. C'est en mariant intelligence et technologie que l'on peut la gagner. C'est ainsi que l'on simplifiera la vie des clients et de leurs clients, avec des procédures digitalisées, accélérées : devis, approbation, démarches, gestion des risques, mesures d'efficacité...

Bien sûr, s'il est porteur d'opportunités, le développement actuel des technologies représente aussi de nouveaux risques, désormais bien identifiés comme la cybercriminalité. C'est aussi la responsabilité des leaders de l'assurance d'apporter des réponses à ces défis... et d'en faire de nouvelles opportunités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :