Fabrice Alimi : "Le mix n'est qu'une facette de la transition énergétique"

 |   |  576  mots
(Crédits : Tonefotografia)
Si la raison doit logiquement l'emporter, rendre le sujet de la maîtrise de l'énergie, sexy via un coup de pouce financier, c'est une façon d'aider plus facilement au changement. C'est l'idée défendue par le président du Club Immobilier Marseille Provence.

L'énergie c'est son dada, son cheval de bataille. Au point que Fabrice Alimi crée il y a quatre ans des Assises qui lui sont entièrement consacrées. Au début, la cible c'était assez naturellement les maîtres d'ouvrage. Et une initiative pour les encourager était mise sur pied, appelée Smart Avenir Energies. Mais il fallait aller plus loin. Alors cette année, la cible, ce sont les particuliers. Et quoi de mieux, pour accompagner le discours, que la carotte financière ? C'est avec la Caisse d'Epargne Cepac qu'accord a été finalisé et voici l'établissement bancaire qui s'engage dans la promotion et le financement de la transition énergétique. Dans le fond, l'idée est toute aussi logique.

D'ailleurs Sébastien Didier, membre du directoire de la banque, le dit bien volontiers, c'est aussi de la responsabilité des opérateurs bancaires d'apporter d'un côté le soutien en monnaie - enfin plutôt en exonération et assistance - et de l'autre d'encourager les promoteurs immobiliers à faire plus que le minimum garanti.

D'abord parce que celui qui porte aussi la casquette de vice-président de l'Upe13 en charge de l'économie rappelle que la banque est engagée dans le logement social et que le sujet de la performance énergétique touche aussi des sujets comme l'ANRU.

Légitimer

Fabrice Alimi lui, voit dans l'opération aide au financement, une façon de "légitimer l'action". L'engagement de GRDF ou de RTE confirment aussi le tout. "Tous les acteurs prépondérants sont réunis. Mais demain d'autres acteurs vont émerger, qui vont venir s'agréger autour de cela. Cela va contribuer a créer une sorte de hub".

Et entre les maîtres d'ouvrage et les particuliers, il y a aussi les entreprises innovantes. Des entreprises qui si elles ne regardent pas l'initiative Smart Avenir Energies sont belles et bien regardées par elle.

D'ailleurs, les Assises qui se tiennent ce 13 février vont mettre en avant des startups dynamiques du territoire. Solable, Ween, Fenotek, ou encore Led's Chat vont pouvoir apporter leur contribution bourrée d'innovation sur le sujet. Et là alors, la boucle est vraiment bouclée. "Notre rôle est aussi de permettre à ceux qui interviennent dans le monde de l'acte de bâtir et qui ne se parlent pas forcément d'échanger. Nous en revenons toujours à ce principe de hub".

Ambition outre-départementale

Si les résultats en une année sont plutôt satisfaisants - "10 000 logements ont été faits en une année, 4,5 M€ ont été rendus en pouvoir d'achat" précise Fabrice Alimi - l'ambition du président du Club Immobilier Marseille Provence est de générer encore autre chose, "arriver à l'émergence d'un salon BtoB sur tout ce qui est innovant, tout ce qui permettrait d'être plus responsable, tout en étant le plus bas possible dans le portefeuille de l'utilisateur".

Car en fait, le mix énergétique, ce n'est qu'une partie de l'immense iceberg des nouvelles façons de maîtriser l'énergie. "Le mix énergétique n'est qu'une facette, il existe d'autres solutions que nous aurons à explorer. C'est cela que l'intelligence artificielle et le jeu collectif peuvent permettre de réaliser". L'ambition d'un développement national - déjà annoncée l'an dernier - devrait devenir une réalité assez rapidement, Fabrice Alimi réfléchissant par ailleurs à la création d'une confédération des clubs immobiliers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :