Eco-Vallée ou l'effet de la preuve par l'exemple

 |   |  1010  mots
(Crédits : DR)
Inventer la ville niçoise XXIe siècle : voilà rien de moins l'enjeu de l'opération d'intérêt national qui a pris le parti des technologies vertes pour attirer les investissements. Les grandes signatures de l'architecture se succèdent, expérimentations à la clé.

Ce Mipim, rendez-vous international de l'immobilier, a un goût un peu particulier pour l'Établissement public d'aménagement (EPA) Nice Éco-Vallée. Pourtant, nulle grande annonce ou signature médiatique. Mais justement, l'intérêt est ailleurs. Désormais, la « vallée verte » niçoise est passée à la phase d'après. Celle de la concrétisation. Comme on le dit du côté de la direction de l'établissement public, « de la vision à la réalité ». Dix ans après sa création, l'opération d'intérêt national (OIN) entre dans une nouvelle phase.

La pose, le 1er mars dernier, de la première pierre du futur bâtiment qui abritera l'Institut méditerranéen du risque et du développement durable (Imredd) en présence du Premier ministre, Édouard Philippe, et de Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, ancienne présidente de l'université Nice-Sophia-Antipolis, a une valeur de symbole assez évidente. Car l'Imredd prendra place dans le périmètre de l'ÉcoVallée, ce qui en fait également une sorte d'étendard pour le triptyque data - grands groupes - startups : sa vocation est de mettre à disposition des entreprises les données récupérées notamment par les capteurs disposés ici et là en ville.

Mais ceci est une autre histoire. Au Mipim à Cannes, ce sont justement bien aux investisseurs du monde entier que l'Éco-Vallée veut montrer que les maquettes ont laissé place à des chantiers, lesquels, pour certains, ont à leur tour laissé place à des bâtiments.

Revenir aux fondamentaux

Nice Méridia, par exemple, continue de prendre forme. L'immeuble The Crown est déjà actif et accueille des représentations de grands groupes, dont EDF ou IBM. Dans quelques mois, d'ici à la fin de l'année, c'est l'immeuble de bureaux en bois le plus haut de France et premier bâtiment à énergie positive de l'Éco-Vallée, qui sera opérationnel. Le Palazzo Meridia et ses neuf étages, son monolithe ajouré et son exosquelette métallique recouvrant la structure bois vont étonner. Ici, Architecte Studio, qui a pensé le bâtiment, a créé des troisièmes lieux de vie : des terrasses. Soit une façon de rendre hommage à la façon de vivre des Méditerranéens. C'est exactement le parti pris par Corinne Vezzoni et Jean-Philippe Cabane. Les deux architectes, originaires respectivement d'Arles et de Nice, ont imaginé le Campus de l'apprentissage selon cette idée qu'il fallait revenir « aux fondamentaux » et donc à une façon de penser le bâtiment selon des bases logiques. Et même si on parle de « retour » à une certaine façon de construire, la façon de le faire, de le dessiner est bel et bien novatrice.

La fin de l'année sonnera aussi la première phase de livraison de Pléiade & Odyssée, les 125 logements signés Jean Nouvel. Joia Méridia, qui a été le clou du Salon de l'immobilier d'entreprise (Simi) en décembre dernier, est ce coeur de ville où Sou Fujimoto livrera, en 2020, son étonnant bâtiment avec terrasses ondulantes. Même motif d'innovation exigée, même résultat promis pour le Grand Arénas, le quartier d'affaires qui comprendra au total 390.000 mètres carrés de bureaux, 150.000 mètres carrés de logements, un pôle multimodal (dont l'îlot 3.1 est signé Josep Lluís Mateo), partie prenante des 110.000 mètres carrés d'équipement et des 100.000 mètres carrés de services qui complètent l'offre.

Archi... regardée

En dix ans, ce qui a changé, ce n'est pas seulement la physionomie de cette partie de la ville de Nice, c'est le regard porté par les investisseurs, mais aussi celui posé par les architectes. L'un entraînant l'autre, d'ailleurs. Passé l'étonnement ou la curiosité, c'est davantage la démarche de création innovante qui joue l'attractivité.

Les grandes signatures donc se succèdent au sein de cette Vallée qui se veut à nulle autre pareille : Jean-Philippe Cabane, Corinne Vezzoni, Daniel Libeskind, Sou Fujimoto, Jean Nouvel, Josep Lluís Mateo, Marc Barani, Christian Devillers, Jean-Paul Gomis, Cino Zucchi... Et comme imaginer la ville de demain, c'est imaginer un melting-pot judicieux, prenant en compte les « erreurs » du passé, au milieu des logements, des bureaux, des services et du tramway - qui passera en 2019 par Nice Méridia -, il y aura aussi un espace vert. C'est-à-dire un grand parc de 30 hectares, sorte de Central Park niçois, qui fait écho à la Coulée verte qui parcourt le centre-ville plus à l'est. Étiré depuis le stade Allianz Riviera jusqu'au stade Nikaia, il sera totalement finalisé en 2022, bien que cinq premiers hectares seront inaugurés cette année.

Lors de la présentation officielle de la maquette du Campus de l'apprentissage il y a quelques mois, Christian Estrosi a clairement revendiqué son niveau d'exigence avec les projets architecturaux qui lui étaient soumis. Père de l'Éco-Vallée, qui a été actée alors qu'il était ministre, le maire de Nice et président de la Métropole défend ainsi sa vision première de l'endroit : être un lieu à l'avant-garde.

Comme pour lui donner raison, Nice Côte d'Azur a été sélectionnée récemment comme Territoire d'innovation de grande ambition, dans le cadre du Programme investissements d'avenir. Dans le même périmètre se trouve le démonstrateur français du programme européen InterFlex, baptisé ici Nice Smart Valley. Piloté par Enedis, il est en fait un consortium unissant EDF, GRDF, Engie, GE et Socomec ; sa mission est d'expérimenter, dans des configurations géographiques différentes, des solutions pré-industrialisables, qui s'appuient sur un business model éprouvé, ce qui signifie rentabilité et capacité à être dupliqué.

En une dizaine d'années, Nice s'est construit un destin nouveau. L'Éco-Vallée est un laboratoire à ciel ouvert qui permet de tester voire d'impulser la nouvelle façon de se loger, de travailler, de se déplacer.

Reste à préparer la décennie qui s'ouvre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :