Quand l'Allemagne regarde vers Aix-Marseille Provence

 |   |  574  mots
La visite d'une dizaine d'entreprises et de deux clusters originaires de Bavière et d'Hambourg pour un Business Tour orienté aéronautique démontre qu'il n'y a pas que les Chinois qui s'intéressent au territoire aixo-marseillais. C'est même pile dans la stratégie de l'agence de promotion économique.

Il n'y a donc pas uniquement les investisseurs asiatiques qui ont les yeux de Chimène pour Aix-Marseille Provence. Pour preuve ce Business Tour orienté aéronautique qui accueille cette fin mars des industriels allemands. Autant d'investisseurs potentiels à qui il a été proposé un grand Tour, mené par Provence Promotion, passant par Airbus Helicopters, Daher, Team Henri-Fabre et Safran Aircraft Engines la filiale de l'équipementier. L'objectif : démontrer tout ce qui fait la force du territoire en la matière.

Forces vives

Un territoire qui intéresse du point de vue de l'industrie 4.0. Mécanique, matériaux, procédés du futur... l'objectif comme le souligne Stéphanie Ghio, le directeur de la prospection, étant "de montrer qu'il existe ici des outils structurants, des plateformes technologiques, un travail sur les filières énergie et naval en fonction des donneurs d'ordre. Il est aussi question de technologies sur lesquelles l'Allemagne est positionnée et qui peuvent servir le territoire".

BavAIRia, le cluster aéronautique du Land de Bavière Munich et Hamburg Aviation, le cluster dédié à l'industrie de l'aviation civile sont aussi, logiquement, du voyage, accompagnant dix entreprises. Toutes n'ont pas une connaissance fine de ce que propose le territoire. Mais cette venue ouvre des perspectives, notamment en prévision du salon du Bourget qui se tiendra en juin 2019 et pour lequel Stéphane Ghio annonce que certaines seront sollicitées à nouveau.

De quoi pousser à des investissements locaux évidemment. Néanmoins, deux des dix entreprises sont déjà entrées dans une phase de réflexion pour une implantation en France. Toulouse, l'autre grande destination aéronautique française, peut-elle être une concurrence sérieuse ? "Toulouse bénéficie plutôt d'un écosystème mono-industriel alors qu'Aix-Marseille est transverse", indique Stéphane Ghio, indiquant que "la diversification du territoire est de plus en plus appréciée". De manière générale l'aéronautique représente chaque année 10 à 15 % des investissements réalisés sur le territoire.

Question de priorité

Cette visite n'est, par ailleurs, pas une surprise. Car l'Allemagne est largement dans le scope de Provence Promotion. Déjà 113 entreprises à capitaux allemands sont installées dans le périmètre de la métropole. Le signe d'un intérêt peut-être discret mais constant. "En 2016, en terme d'investissements au niveau national, les entreprises allemandes ont doublé les entreprises américaines", souligne Philippe Stefanini. L'Allemagne qui demeure un axe essentiel, c'est même l'un des deux pays prioritaires rappelle le directeur général de l'agence de promotion économique. Mais un pays qu'il faut peut-être davantage chouchouter. "L'Allemagne souffre un peu de ce qui se passe ailleurs". Comprendre de l'intérêt que suscitent la Route de la Soie ou le Brexit. Et puis, "les Allemands nous connaissent bien mais il ne perçoivent pas forcément Aix-Marseille comme un territoire d'implantation" explique Stéphane Ghio, la Provence étant perçue depuis Berlin comme un territoire de bien-être et de bien vivre. Des investisseurs qui sont également extrêmement attentifs à la fiscalité française. Preuve de la bonne entente provenço-allemande, lors du dernier Mipim, Aix-Marseille et Hambourg ont fait des présentations communes, sur les stands l'une de l'autre. Sans doute une autre façon de convaincre. Manque peut-être "à améliorer la desserte avec les régions allemandes", regrette Philippe Stefanini. Quelques lignes aériennes nouvelles vers cette partie de l'Europe de l'Ouest seraient donc les bienvenues...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :