Pourquoi Aix-Marseille attire les investisseurs et pourquoi c'est beaucoup grâce au port

 |   |  608  mots
(Crédits : DR)
Toujours très aimé des Américains, enfin décidé à privilégier le travail en commun, le territoire métropolitain continue de plaire aux investisseurs. Surtout quand être ouvert sur la mer est un véritable avantage, explique le directeur général de Provence Promotion, Phlippe Stéfanini.

Les années se suivent et se ressemblent. Au moins pour ce qui concerne l'affection indéfectible que semblent porter les investisseurs américains au territoire aixo-marseillais. Car à nouveau, en 2017, ce sont eux qui ont été les plus nombreux à venir poser valises et projets en terre provençale. Un premier de la classe qui perdure et qui fait toujours mieux que le Royaume-Uni ou l'Allemagne. Et qui contribue au bilan de Provence Promotion. Avec 68 projets d'investissements réalisés, "nous avons dépassé nos objectifs" se réjouit Philippe Stéfanini qui égraine les chiffres qui doivent marquer, notamment la part des projets étrangers - 46 % - et les emplois liés - 56 % - alors qu'en tout, ce sont 1 456 emplois générés et 244 pérennisés. "Cela fait de nous l'une des agences des grandes métropoles dont les investissements étrangers constituent une part importante des résultats", réitère Philippe Stéfanini.

Le port d'abord

Et si le territoire attire, c'est qu'il dispose d'éléments véritablement perçus comme des avantages différenciants par les investisseurs. "Marseille est un port", dit Philippe Stéfanini. "Et ça fait toute la différence". Car même pour une entreprise technologique, l'aspect approvisionnement et logistique compte. De la même façon, Aix-Marseille n'attire pas uniquement des projets versés vers le numérique ou le maritime. Le bien-être et l'art de vivre sont aussi des vecteurs d'attraction. "34 % des projets viennent du numérique, mais l'art de vivre, ça compte aussi". Parmi les 19 % de projets il y a par exemple ce projet de Musée sous-marins qui verra le jour au printemps. Ou cette implantation de NH Hotel qui après la reprise de l'établissement Palm Beach, à Marseille, s'installe avec un second projet en centre-ville.

Mais il y a des investissements qui drainent plus de d'autres. C'est notamment ce qui est attendu de l'arrivée d'Infosys, le spécialiste du conseil et des services technologiques dont l'arrivée doit beaucoup à CMA CGM. Ou quand l'importance que Marseille soit un port se vérifie... L'armateur a en effet contribué à la venue du groupe indien qui crée un centre de développement et d'innovation, ce qui inclus une centaine de personnes et fait de Marseille sa troisième implantation française après Paris et Toulouse.

Voir ailleurs

En pleine forme du côté attractivité, Aix-Marseille est-elle regardée d'un œil nouveau par certains investisseurs ? "Nous pouvons être étonnés par l'Afrique", note Philippe Stéfanini. Ou encore par le Japon, longtemps absent des statistiques mais qui est "présent au bilan depuis 3 ans".

A l'inverse, le territoire est-il curieux de destinations nouvelles ? "La grande question c'est la Chine", pointe Philippe Stéfanini. Un déplacement en Asie, en commun avec le GPMM, autour des capacités en matière industrielle, est en préparation. Justement, peut-on s'attendre à un effet Quechen ? "Il y aura probablement un effet d'entraînement quand il y aura un effet de sous-traitance", prévoit le directeur général de Provence Promotion.

Les dispositifs créés pour attirer les projets ont aussi leur part. "Home Sweet Home", "Go Between in Provence" et "Start in Provence" ont chacun leur cible. Le premier s'adresse aux francophones et francophiles désireux d'entreprendre en France, le second accompagne les transmissions d'entreprises quand le troisième, comme son nom l'indique, vise les jeunes créateurs. Des programmes au long cours, le premier, "Home Sweet Home" ayant vu le jour en 2001 mais des programmes dont la contribution aux projets d'investissements est mesurable, d'une douzaine pour 2017. Une preuve supplémentaire qu'un marketing territorial structuré est preuve d'efficacité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2018 à 8:15 :
test

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :