Jeannine Roghe : "La Banque de France est une banque moderne et digitale"

 |   |  801  mots
(Crédits : DR)
Parce qu'elle est bien plus que l'image empesée qu'elle donne et parce que son rôle auprès des entreprises, de toutes tailles, est méconnu, l'institution bancaire doit davantage afficher ce qu'elle est vraiment, estime la directrice régionale Provence Alpes Côte d'Azur.

Il y a des perceptions qui sonnent parfois comme des certitudes. Sur ce sujet la Banque de France est un bon exemple. Perçue comme rigide, voire passéiste, l'établissement est pourtant tout à fait autre chose, et c'est Jeannine Roghe qui l'affirme. La directrice régionale de la Banque de France, arrivée à ce poste en janvier 2018, compte apporter sa pierre à l'édifice d'une meilleure compréhension de ce qu'est l'institution et surtout de son rôle actif dans l'économie territoriale. Parce que les images d'Epinal, c'est fini.

Energie économique

Et ce, d'autant plus que la conjoncture est dans une phase positive. "Provence Alpes Côte d'Azur est une région dynamique, pas tant industrielle puisque 50 % des entreprises évoluent dans le secteur des services, mais avec un fort tissu de TPE-PME, certaines tournées vers les nouvelles technologies. C'est une région qui va croître plus vite que les autres", promet Jeannine Roghe qui rappelle que PACA se place au 2ème rang des régions en terme de croissance. On rappellera que l'industrie s'est structurée en 2017, poursuivant les investissements et voyant les emplois évoluer positivement, ce qui continuera cette année à hauteur de + 0,5 %. Dans les services les voyants sont au vert, aussi bien en terme d'exportations où il est attendu un + 5,8 % en 2018, qu'en dépenses d'investissement par exemple, qui cumule à 8,5 %. La construction se redresse, les professionnels du secteur tablant sur un accroissement de la production de l'ordre de + 3,2 %. Autant de chiffres encourageants.

Mission "entreprenariale"

Ainsi donc, si du côté conjoncture tout va bien, Jeannine Roghe insiste pour (re)dire que le rôle que la Banque de France est tout autant aux côtés des entreprises, dans une mission d'accompagnement et d'anticipation qui n'est pas suffisamment perçu comme tel par les dirigeants. "La Banque de France se doit d'être aux côtés des entreprises, quelque soit leur taille", appuie-t-elle, ajoutant que si depuis octobre 2016, le gouvernement a nommé des correspondants TPE au sein des différentes directions régionales c'est pour justement mieux orienter les dirigeants vers l'interlocuteur adéquat. Une mission qui a eu aussi l'avantage de resserrer le lien entre la Banque de France et les différents acteurs économiques, tels les Chambres de commerce et d'industries ou les organisations professionnelles. Jeanine Roghe de rappeler également qu'en terme de médiation du crédit - 220 dossiers ont été reçus en 2017 - l'établissement bancaire est là pour orchestrer le dialogue avec une banque ou un financement qui posent problème. "Dans 70 % des cas, nous obtenons satisfaction". Un chiffre qui doit aider à désacraliser la démarche.

Mais pour accompagner véritablement et entièrement, la bonne parole n'est pas forcément suffisante, encore faut-il des outils concrets pour quantifier et mesurer les projets. C'est par exemple ce que permet Géode, diagnostic personnalisé de l'entreprise sur les trois dernières années écoulées, qui propose divers scénarii d'avenir, incluant embauches et investissements. "Géode permet d'apporter un regard compétent et neutre sur l'entreprise", souligne la directrice régionale. Il y a aussi Opale, qui s'inscrit dans la dimension digitale de la Banque de France, lancée en mars 2017. Cet Outil de Positionnement et d'Analyse en Ligne des Entreprises (Opale) permet de réaliser une analyse financière en ligne pour toute entité dont le chiffre d'affaires est supérieur à 750 000 euros. Le but est d'aider au pilotage de l'entreprise en comparant ses propres performances avec celles du secteur d'activité dont elle relève. Ce qui lui permet d'anticiper et de rectifier sa stratégie si besoin.

Ouverture d'esprit

"Nous sommes aussi au service des collectivités" ajoute Jeannine Roghe qui met en avant un autre outil d'analyse, baptisé Acsel, qui se consacre à l'analyse de la situation économique d'une branche d'activité, d'une filière ou d'un territoire. Un outil d'aide à la prise de décision pour ce qui regarde les responsables des collectivités ou les fédérations professionnelles. "L'économie est ce qui fait la richesse. Nous devons tous travailler main dans la main. La Banque de France est une banque moderne et digitale qui regarde vers l'avenir. Nous prônons le télé-travail. Nous avons centralisé nos données, gagnant en efficacité. Nous prenons des parts de marché aux autres banques centrales". Une mutation capable de générer de l'attractivité ? "Nous avons des actions de marketing envers les étudiants. Nous communiquons beaucoup auprès des écoles", assure Jeannine Roghe qui rappelle qu'à Paris, Citéco, le musée de l'économie a tout autant une visée de communication que pédagogique. Car l'économie est une clé de compréhension de nombreux éléments de la vie d'un pays, notamment en politique. Alors forcément, "il est essentiel qu'elle soit accessible à tous".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :