Laurent Londeix : "Nous pouvons encore améliorer la pérennité des entreprises"

 |   |  645  mots
(Crédits : DR)
Nouvellement arrivé à la présidence de l'incubateur, basé à Sophia-Antipolis celui qui est aussi le délégué régional Provence Côte d'Azur pour Orange apporte sa vision de l'innovation, du renforcement nécessaire des liens entre mondes académique et entreprenarial et de la nécessaire utilité d'un écosystème structuré.

Alors qu'il vient tout juste de rendre l'écharpe présidentielle du Sophia Club Entreprise, voilà Laurent Londeix avec une nouvelle mission, celle de président de l'Incubateur Paca-Est. Une structure qu'il ne découvre pas - il y est impliqué depuis de nombreuses années - et pour laquelle il a, sinon des ambitions, en tout cas une vision.

Du bon côté de la force

"Je récupère un bébé en bonne santé", souligne-t-il. De fait, l'incubateur, né "Allègre", a conduit à la création de 142 entreprises générant 870 emplois pour 114 M€ levés. "L'incubateur a un vrai savoir-faire pour amener le créateur à avoir un business modèle viable" souligne Laurent Londeix. La pérennité c'est exactement le point sensible lorsqu'on parle entreprenariat, innovation et jeune pousse. Mais c'est aussi le point sur lequel Laurent Londeix veut appuyer. "Une réflexion est à mener pour améliorer encore le taux de survie", soit faire mieux que les 75 % actuels. L'analyse et le filtrage en amont sont évidemment une première étape d'importance.

D'où la nécessite de parfaire le lien qui lie déjà le monde académique et le monde des startups. Ça tombe bien, c'est exactement le sujet dont s'occupe Laurent Londeix au sein de l'Upe06, le syndicat patronal ayant activé une commission Enseignement supérieur, innovation et recherche. Et ça va aussi très bien avec le profil de celui qui est axé R&D pour le compte d'Orange. "Souvent les stagiaires de licence ou masters n'avaient pas le réflexe de proposer leurs services aux startups. Or ce rapprochement peut aider certaines à passer de "l'autre côté". L'idée n'est pas de dire que tous ont le profil pour être entrepreneur, mais cela peut susciter des vocations. Et puis on sait très bien qu'une bonne startup c'est une bonne équipe avec un bon produit et un marché".

Le potentiel, premier indice

Derrière cela il est aussi question de "co-développement entre startups" et de prendre part également à la dynamique qui existe sur les thèmes de la transition énergétique ou de l'économie de la fonctionnalité. "Nous pouvons orienter, aider les jeunes pousses sur ces sujets".

Et puis il y a nécessairement le besoin de ne pas tout taxer d'innovant, surtout lorsqu'on parle de "numérique". "Il est nécessaire de s'assurer que les projets numériques ont une réelle potentialité", insiste Laurent Londeix qui fait confiance au comité de sélection pour "challenger les créateurs".

Bien sûr, pérennité rime avec financement adapté - "je regrette qu'il n'y ai pas davantage d'acteurs régionaux capables de mettre de l'argent sur la table" - et avec installation de long terme sur le territoire - "l'enjeu pour l'incubateur est de contribuer à créer de l'emploi et avoir la capacité à les maintenir sur le territoire".

La fore de l'union

Forcément, l'écosystème, la complémentarité avec les autres outils dédiés à faire fructifier l'entreprenariat est indispensable. "Notre volonté est de ne pas nous isoler, mais de faire le lien entre celle qui de pépite va devenir PME". L'incubateur a aussi un rôle à jouer pour "accompagner ceux qui, dans une seconde vie professionnelle et suite au départ de leur entreprise du territoire, souhaitent passer par la case création", comme cela a déjà été le cas pour Texas Instrument et l'est actuellement avec Galderma.

Posé à la fois sur le département des Alpes-Maritimes et celui du Var, l'incubateur est fier de sa bi-départementalité. Ne serait-ce que parce que les thématiques qui les structurent sont différentes. "Il n'y a pas que le numérique, il y a aussi la mer, les sciences de la terre, les biotechs..." Et parce qu'un incubateur n'est pas hors-sol, "nous avons la volonté d'être proches des territoires".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :