Une FrenchFab Sud pour quoi faire ?

 |   |  640  mots
(Crédits : DR)
On connaît l'initiative lancée il y a six mois au niveau national par Bruno Lemaire. En Provence Alpes Côte d'Azur, la Région a décidé d'en faire une déclinaison locale. Moins vaste en périmètre mais pas moins ambitieuse en terme d'objectifs.

Le coq bleu est le nouveau label que l'on s'arrache. Pas très vieux - il est né officiellement en octobre dernier - mais bourré d'ambition. Sa mission : redonner une impulsion à l'industrie, avec tout ce qui va bien : dépoussiérage, attractivité ubi et orbi et le fameux "travailler ensemble".

L'idée c'est donc de redonner une image propre de l'industrie, de bannir les clichés, de ne pas oublier que l'innovation et le numérique en font partie et que c'est un terreau qu'il faut exploiter.

Et ce qui vaut pour le national, vaut pour le régional. D'où l'idée de la Région Provence Alpes Côte d'Azur d'en faire une déclinaison Sud. Avec les mêmes perspectives, les mêmes ambitions et avec des actions parce que le discours c'est bien, le concret c'est mieux.

Reconquête obligatoire

Surtout qu'en Provence Alpes Côte d'Azur, l'industrie est une partie de l'économie non négligeable - 400 000 emplois, 1/3 de l'emploi privé et 50 % du chiffre d'affaires de la région à l'export, représentant 2/3 des brevets déposés - et variée, d'Airbus à Robertet, d'Ideol à Naval Group, de l'Occitane à Thales Alenia Space, d'Arkopharma à Pellenc.

Et Renaud Muselier de rappeler que "nous avons fait de la reconquête industrielle un axe central de notre stratégique économique", que "l'industrie est le secteur qui innove le plus en France" et que "les intentions d'embauche ont augmenté de 27 %".

Et aussi que la Région est le bon échelon pour organiser une stratégie économique offensive.

La philosophie de French Fab Sud ? "Une dynamique autour d'une bannière commune" pour le président de la Région Provence Alpes Côte d'Azur. "Nous devons monter l'unicité de l'industrie" indique Daniel Sfecci, le président de l'UIMM 06. "Il s'agit de redynamiser l'industrie manufacturière, de s'engager à produire en France, si possible en Provence Alpes Côte d'Azur" ajoute Bernard Kleynhoff, le président de la commission Industrie, économie et innovation à la Région.

Faire concret

Mais en vrai, qu'est-ce qu'il va se passer ? Il s'agit effectivement de créer une émulation, de rassembler les entreprises sous la bienveillance du coq bleu comme le coq rouge l'a été pour les startups.

Et si l'obtention du label n'a rien de compliqué, "nous voudrions que ce soient véritablement des entreprises implantées sur le territoire" qui en bénéficient, explique Daniel Sfecci. Une "exigence" somme toute logique, une entreprise industrielle générant 2/3 de l'activité autour d'elle. Une sorte d'effet d'entraînement qui est justement souhaité et qu'il faudra donc encourager.

Et auquel devrait participer l'OIR Industrie du futur, l'une des 8 Opérations d'Intérêt régional. "Une coquille vide depuis deux ans", regrette Daniel Sfecci mais qui est désormais co-pilotée par Bernard Kleynhoff et qui va jouer à plein son rôle de rassembleur. "Nous voulons y agréger les différentes branches", précise le président de l'UIMM 06.

"Nous allons réfléchir à la désignation d'un ambassadeur French Fab dans chaque territoire de Provence Alpes Côte d'Azur", annonce Bernard Kleynhoff. "Il faut faire circuler l'information, faire vivre un écosystème industriel". Avec l'Union des Industries et Métiers de la Métallurgie PACA, une convention la liant avec la Région pourrait même être signée.

FrenchFab Sud c'est aussi une façon de rappeler que Provence Alpes Côte d'Azur est bien une terre industrielle, méconnue ou mal connue, mais existante.

Derrière l'initiative il est aussi question de financement, européen notamment via la Banque Européenne d'Investissement. Bientôt, il sera question de l'appel à projet PIA 3. "Notre croissance passe par une industrie forte et innovante", insiste Renaud Muselier. Mais le meilleur résumé revient à Daniel Sfecci. "Jusqu'à présent, la French Fab c'était de la com', maintenant c'est de l'action".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :