Eric Lombard : "La Caisse des Dépôts doit être plus agile"

 |   |  656  mots
(Crédits : ean-Marc PETTINA – Caisse des Dépôts 2018)
Alors que la Banque des territoires sera lancée officiellement dans quelques jours et alors que depuis six mois il imprime sa cadence et une certaine idée du pivot – terme cher aux startups que la CDC regarde aussi parfois – le directeur général redit combien l'implication au plus près du tissu local est essentiel dans la stratégie… et la réussite des projets.

La Tribune - Depuis votre arrivée à la direction générale de la Caisse des Dépôts, vous n'avez cessé de dire que la CDC "doit faire plus". C'est-à-dire ?

Eric Lombard - La Caisse des Dépôts doit d'abord être plus agile vis-à-vis de ses clients. Nous disposons d'une offre large qui doit être présentée de manière simple, le lien commercial doit être local. Ensuite, faire plus c'est aussi faire plus en volume, notamment envers le logement social en financement et en fonds propres.

Vous lancez la Banque des Territoires dans quelques jours, vous êtes présent à Cannes au Congrès national des notaires qui a pour thème "Demain le territoire". Entre les métropoles, les pôles métropolitains, les villes moyennes, les villages... quelle est votre définition du mot territoire ?

La CDC est la caisse de tous les territoires, avec pour mission essentielle de lutter contre les fractures territoriales. C'est soutenir la ruralité, les quartiers prioritaires, tous ceux qui ont moins accès au financement. Les métropoles savent nous trouver facilement...

Depuis votre arrivée et les changements que vous impulsez, que vous disent les maires ?

Les maires sont contents face à ce renforcement de la mission de Caisse des Dépôts. Surtout lorsqu'on leur dit que nous voulons faire plus et plus simple... La demande qui nous est le plus majoritairement faite est celle du besoin en conseil. Pour l'appliquer par exemple à un sujet auquel je tiens particulièrement, "Cœur de Ville", il faut agréger plusieurs compétences, il existe une complexité pour définir l'ordre de ce qui doit être fait. La phase amont est souvent la phase la plus délicate. Les maires ont beaucoup de projets, nous pouvons les aider afin de réaliser un projet qui soit séquencé et finançable.

Le Congrès des Notaires de France qui se tient à Cannes et auquel vous avez participé, dresse notamment des points législatifs à améliorer et cela va souvent de pair avec l'arrivée de méthodes innovantes, notamment par exemple le photovoltaïque qui n'est pas forcément intégré dans le bail agricole...

En France, nous sommes dans une économie de stock or le futur doit être agile. Les notaires, qui sont sur le terrain, sont au cœur du mouvement d'un patrimoine qui évolue. De nombreuses villes décident de rajouter une couche d'agricole. C'est vrai à Cannes comme à Dijon. Il faut évoluer avec cette nouvelle direction.

A propos du compte personnel de formation que gère la CDC, vous avez évoqué l'idée d'en faire un TripAdvisor de la formation professionnelle. Quel est l'enjeu ?

Nous allons gérer un site internet qui va permettre à chaque salarié d'avoir accès à son compte - en euros - et au formations qu'il peut suivre. Ce site sera une plateforme ouverte qui permet aux personnes formées de laisser leur avis, de plébisciter ou pas les formations qu'elles ont suivies. Ainsi le candidat à une formation pourra, en amont, connaître l'avis de ses pairs sur les formations proposés. Aujourd'hui, le monde est à la transparence.

Pour cela la CDC va s'appuyer sur une startup...

Nous allons associer pas une mais des startups à nos réflexions. Nous l'avons déjà fait notamment pour un autre projet, Ciclade (qui concerne les comptes bancaires inactifs et les contrats d'assurance vie en déshérence NDLR)

De manière générale, quel est l'intérêt de la Caisse des Dépôts envers les jeunes pousses innovantes ?

Nous n'avons pas vocation à entrer au capital des startups. C'est assez rare et lorsque nous le faisons c'est parce que l'activité de la startup concernée complète les activités de la Caisse des Dépôts. Pour la prise de participation dans les jeunes pousses nous laissons la place à notre filiale, bpifrance, qui fait cela très bien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2018 à 8:28 :
Agile, le nouveau mot a la mode.
A utiliser a toutes les sauces.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :