Quand les biotechs françaises vont draguer à Boston… et ailleurs

 |   |  623  mots
(Crédits : Montage / iStock)
Elles sont une trentaine, originaires de Nice, Sophia-Antipolis, Aix ou Marseille et elles embarquent pour BIO, le salon qui est aux biotechs ce que le CES est à l'électronique. Un rendez-vous qui compte pour qui veut distribuer ou s'implanter de l'autre côté de l'Atlantique.

C'est peut-être un peu moins smart (encore que), clairement moins clinquant mais pas moins intéressant ni stratégique : traverser l'Océan pour aller à Boston équivaut pour les jeunes pousses et les entreprises versées dans l'innovation médicale au grand déplacement que les entreprises techs entreprennent chaque mois de janvier en se rendant au CES Las Vegas. Début juin, Genochem, Nicox, Phenocell, Iris Pharma ou Virbac s'envolent pour BIO, le rendez-vous annuel qui réunit tout ce que le monde compte de professionnels de l'univers de la santé et des biotechnologies, accompagnés dans ce déplacement par l'ARII, l'agence régionale pour l'innovation et l'internationalisation des entreprises, et le pôle Eurobiomed.

Ex-aequo

Il faut dire qu'entre le pôle de compétitivité français et l'Amérique du Nord, les liens sont anciens. On se souvient de ce partenariat noué en 2012 avec Biocom, "l'homologue" d'Eurobiomed, implanté à San Diego et San Francisco, partenariat qui avait pour but notamment de permettre aux entreprises de deux côtés de l'Atlantique de trouver un pont pour atterrir et s'implanter sur l'autre continent. Depuis, c'est par exemple Abreos qui a installé sa filiale française à Marseille et Neuroservices, basée à Aix-en-Provence qui a fait le chemin inverse.

L'intérêt de BIO réside justement dans l'envergure de l'événement qui rassemblerait selon les organisateurs 16 000 participants venus de 76 pays. "BIO est le lieu où rencontrer les distributeurs, les fabricants, les laboratoires, les institutions académiques, les centres de recherche, les investisseurs..." fait remarquer Emilie Royère, la directrice générale d'Eurobiomed. En clair, c'est trouver en un seul endroit tout ce et ceux qui comptent. C'est pour les entreprises l'occasion de finaliser des plans de développement sur le marché nord-américain, des collaborations, des prises de contacts... D'ailleurs, la délégation grand sud (la voisine Occitanie est également du voyage NDLR) a prévu un entretien avec la French Tech Hub afin "d'évoquer les problématiques d'implantations et d'installation aux Etats-Unis", souligne Emilie Royère.

Si - à l'inverse du CES made in Nevada - aucune thématique n'est définie, l'intérêt de BIO réside aussi dans sa capacité à faire émerger les grandes tendances des biotechs à l'horizon des 3 à 5 ans. Eminemment stratégique pour les entreprises déjà installées comme pour les jeunes pousses.

La Californie aussi

Pour autant, il y a une vie après Boston. En novembre, une délégation qui comprend outre Eurobiomed, le pôle Mer Méditerranée et Capénergies (qui vient par ailleurs de créer le club H2, consacré à la filière de l'hydrogène NDLR) repartira pour le pays de l'Oncle Sam, pour San Diego, avec dans ses bagages, une dizaine d'entreprises. "Nous avons construit une alliance interpôles, nous sommes partisans de ce mode multipartenarial et nous sommes ambitieux", décrit Emilie Royère. Un programme d'accompagnement baptisé California Business Starter a même été concocté pour préparer les entreprises françaises à ce voyage et cette prospection américains. Et si la Californie est autant regardée c'est qu'économiquement, elle représente un potentiel qui mérite qu'on la regarde avec un intérêt poussé. San Diego est ainsi la deuxième ville pour ce qui concerne les biotechs et les sciences de la vie. Côté Bluetech, le PIB des entreprises du secteur qui y sont implantées représente 14 Mds$ alors que la greentech recueille 27 Mds$, représentant aussi la plus grande énergie de pointe aux Etats-Unis. "Nous nous inscrivons dans la philosophie du programme export porté par la Région, Team Sud Export", ajoute la directrice générale d'Eurobiomed. Ou quand aller voir ailleurs, c'est positif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :