Forum Smart City Nice : quels business modèles pour demain ?

 |   |  497  mots
(Crédits : DR)
Intelligente et (ultra) connectée, telle est souvent l'image que le citoyen projette de ce que doit être la smart city, aujourd'hui mais surtout demain. Mais comment doit-on penser son organisation ? Comment créer une smart city qui soit aussi une soft city, qui soit créatrice de lien social, n'ignore pas les centre-ville. Et quelle place peut-elle prendre au moment où il est question de French Fab et d'industrie 4.0 ? Autant de sujets abordés le 27 juin prochain, à Nice.

Partenaire d'Innovative City, La Tribune organise le 27 juin à partir de 14h son Forum Smart City. Où il est question de business modèle et de nouvelles façons d'envisager les territoires.

S'il n'est plus possible d'ignorer les smart cities, la question qui doit être posée est davantage celle du modèle qui doit être encouragé et développé.

Considérée comme une ville douce, parce qu'une ville où la technologie rend la vie plus facile, la smart city de demain sera-t-elle pour autant plus efficace ? Alors que chaque secteur pense et développe des solutions, technologies, applications, la ville intelligente de demain a tendance à ne pas encore avoir de vue transversale et se pense encore trop en silo. Une façon de l'envisager qui pourrait bien être un modèle peu approprié. Une question qui sera débattue notamment par Laurence Vanin, philosophe et en charge de la Chaire Smart City et Philosophie portée par l'Université Côte d'Azur, par Emmanuel François président de Smart Bulding Alliance, avec le regard venu du terrain de Diego Harari, en charge de l'innovation chez Vinci Immobilier et de l'entrepreneur Nicolas Hazard, président et fondateur d'INCO.

Lien technologique, lien social ?

Parfois perçue aussi comme une potentielle menace, la smart city peut-elle sauver les centre-ville ? La technologie est-elle une menace ou au contraire n'est-elle pas une fabuleuse opportunité d'apporter une vraie valeur ajoutée là où les modèles existants sont remis en question. Quel rôle la smart city peut-elle jouer dans la sauvegarde des cœurs de cités ? Forcément celui d'un accélérateur à condition de savoir s'emparer du meilleur de la technologie et de s'en servir pour appuyer les transformations. Richard Curnier, directeur régional de la CDC, Michel Puy, directeur régional d'Icade Promotion, Cédric Piazza, co-dirigeant de la startup basée à Nice Wizishop, Bertrand Serp, en charge du numérique au sein de Toulouse Métropole apporteront chacun leur vision d'une thématique qui devient un réel enjeu économique.

Smart cocorico

Depuis que le Coq tricolore a viré au bleu French Fab, le regard se fait plus bienveillant ou tout au moins plus pointu sur l'apport du numérique à l'industrie. L'industrie qui a forcément un rôle à jouer dans l'émergence des smart cities. On en veut pour preuve justement la Chaire Philosophie et Smart City porté par l'UCA et qui est financé par des industriels du territoire. Reste la question justement de quel modèle ce triptyque industrie/innovation/smart city doit inventer pour être vertueux. Une réflexion à laquelle participera Bernard Mouret, directeur territorial d'Enedis, qui pilote notamment le démonstrateur Nice Smart Valley, Fabienne Gastaud, DG de Wit et présidente du Club Smart Grids ainsi que Jacques-Thierry Monti, directeur régional d'EDF. Parce que smart city, ce n'est plus un concept mais une réalité. Qui s'affine, se forme, se forge... avec des remises en question et des champs des possibles...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :