L’Upe 13 fait sa rentrée et elle s’annonce agitée

 |   |  611  mots
(Crédits : DR)
Impôt à la source, démission de Jean-Claude Gaudin de la Métropole… le syndicat patronal des Bouches-du-Rhône doit faire face à une actualité mouvementée, tant au niveau local que national.

"Entreprises et influences", c'est le thème du 17e forum des Entrepreneurs organisé par l'Upe 13 ce vendredi 7 septembre à l'école de management Kedge Business School. Un thème cher au syndicat patronal car si on s'intéressait jusqu'alors aux mutations auxquelles devaient s'adapter les entreprises, on tend, de plus en plus, à s'interroger sur la relation inverse, à savoir comment l'entreprise impacte la société. "Nous assistons à un recentrage de l'Etat sur ses fonctions régaliennes", observe Johan Bencivenga, président de l'Upe 13. "Celui-ci décharge vers le monde privé des sujets qui relevaient auparavant de lui, comme l'emploi ou le parcours de vie des personnes". Et d'ajouter : "L'impact sociétal des entreprises sur les usages et les nouveaux modes de consommation en fait un outil de transformation globale de la société".

Dans ce cadre, l'Upe 13, dans la droite ligne de Geoffroy Roux de Bézieux, nouveau président du Medef, veut être force de proposition et donner un plus grand rôle aux territoires. Johan Bencivenga assure ainsi que "l'avenir de la France passera par le développement de sa deuxième ville, Marseille".  La France ne peut pas se contenter d'une seule ville internationale. Il lui faut un autre moteur et personne d'autre n'a le potentiel de Marseille. Mais", prévient-il, "pour passer du potentiel à la capacité, il faut un travail collectif des mondes économique, politique et académique".

"Passer d'une Métropole de fait à une Métropole de réalité"

Un rôle de moteur que devra soutenir la Métropole et sa prochaine gouvernance au lendemain de la démission de Jean-Claude Gaudin. L'Upe 13 salue d'ailleurs "l'expérience et la capacité de négociation" du Maire de Marseille, "qui ont fait que cette Métropole puisse voir le jour". Et c'est d'un œil plutôt optimiste que l'Union voit sa probable succession par la présidente du Département : "Je suis très content pour Martine Vassal qui est issue du monde de l'entreprise. Elle sait très bien combien les politiques publiques ont des conséquences énormes sur les personnes et les emplois. En la choisissant, Jean-Claude Gaudin s'est probablement dit qu'elle aurait la compétence pour passer d'une Métropole de fait à une Métropole de réalité". Et s'il est une priorité sur laquelle l'Upe 13 attend cette Métropole, c'est bien sur la question de la mobilité. "C'est un sujet préalable à tout. Tant qu'on nous n'aurons pas fait ça, on ne s'en sortira pas"

Impôt à la source et autres tracas

Agitée sur le front de la politique locale, l'actualité l'est tout autant sur le plan national alors que les annonces gouvernementales s'enchainent. La dernière en date - le maintien du prélèvement de l'impôt à la source au 1er janvier 2019 - ne laisse pas le patron des patrons provençaux indifférent. Une nouvelle bien loin d'enchanter Johan Bencivenga qui ne regrette pas le fond mais plutôt le timing de la réforme. "Les entreprises locales ne sont absolument pas prêtes", s'inquiète-t-il. "Cela va nécessiter qu'elles se substituent au Trésor public, ce qui, intellectuellement, est difficile à admettre, mais cela pose surtout des problématiques d'organisation. Il va falloir changer les logiciels de paie, de comptabilité ... Se pose la question de la sécurité des informations confidentielles des collaborateurs. Il va aussi falloir gérer des problèmes sociaux avec des collaborateurs qui, pour le même travail, auront moins d'argent à la fin du mois". Des problématiques à dénouer au plus vite pour les entreprises et l'Upe 13 se dit prête à les accompagner. Autant dire que les prochains mois ne seront pas de tout repos.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :