Sandrine Bordin : "Le modèle économique des HLM est en refonte totale"

 |   |  595  mots
(Crédits : Matthieu Colin)
Baisse des APL, loi Elan, loi sur la solidarité… l'actualité du secteur de l'habitat social n'est pas un long fleuve tranquille. A l'aube du 79ème Congrès HLM qui s'ouvre le 9 octobre à Marseille, la présidente du directoire de Logis Méditerranée explique pourquoi le secteur va profondément devoir modifier son socle et relever les défis qui se dessinent déjà fortement.

Le thème du congrès est on ne peut plus explicite : "Demain les HLM". Un titre qui sonne comme un appel, celui de la nécessaire obligation de se remettre sur l'ouvrage. Car clairement, le monde du logement social d'aujourd'hui ne ressemble plus beaucoup à celui d'hier. Que dire alors de celui de demain. En refonte totale, d'après la présidente du directoire de Logis Méditerranée qui insiste sur les enjeux "très importants" que le secteur doit et va devoir relever.

SAC alors !

Subventions en baisse, réduction de la loi sur la solidarité, augmentation du taux de TVA sur les constructions neuves, baisse des APL... Sans oublier la loi Elan et ses effets, dont celui de "refonte du tissu HLM par des regroupements et des effets de seuils", analyse Sandrine Bordin qui explique aussi que la contrepartie de la loi est de permettre la diversification, via les ventes en bloc, à la découpe mais aussi par la vente de services. Car ce que permet la loi Elan, c'est le regroupement d'organismes HLM autour de sociétés anonymes de coordination. Des SAC dont "nous ne connaissons pas encore entièrement les tenants et les aboutissants", mais qui assurément, vont venir modifier la donne.

"Nous devons devenir des groupes performants et très structurés avec des notions de territoires", note Sandrine Bordin. La nouvelle logique se dessine bel et bien : celle de la performance économique.

De fait, il n'est pas totalement invraisemblable que les organismes réfléchissent dans ce contexte à la création de foncières. D'autant qu'en terme de construction, l'Etat devrait maintenir ses objectifs, et donc la pression.

Effet de concentration

"Il nous faut nous réinventer", insiste Sandrine Bordin. Les modèles économiques sont bien en totale évolution. Pourquoi pas, alors, regarder ce qui se passe ailleurs. Pourquoi pas, alors, faire en sorte, que ce soit le privé qui finance le logement social ?

Mais si phénomène de concentration il doit y avoir, il ne faut pas occulter que "nous avons tous des stratégies différentes", rappelle la présidente du directoire de Logis Méditerranée avec le risque de créations de monopoles ce qui peut entraîner une déstabilisation de l'approche du territoire.

Quand l'innovation s'en mêle

A cela s'ajoute l'inévitable effet de l'innovation technologique, qui bouleverse déjà les métiers de l'habitat social. Comme celui du gardien "qui se déplacera armé de sa tablette", projette Sandrine Bordin. Plus largement, "nous voulons rendre le locataire davantage acteur de ses actes de gestion" et grâce au digital, "lui offrir des services à valeur ajoutée, être plus encore dans l'accompagnement, le service". Ce qui doit aussi aider "à simplifier la relation client". Autant dire que sur le sujet, les startups ne se privent pas pour venir taper aux portes des organismes, leurs solutions innovantes sous le bras.

Innovation mais pas technologique, l'agriculture urbaine est aussi un facteur nouveau, bien pris en compte par les organismes, puisque "qu'il créé du lien social". A Marseille, Smartseille, le nouveau quartier porté par Eiffage, l'intègre justement. Plus largement, "nous utilisons les toits terrasses lorsque l'accès est possible et sécurisé. Nous l'intégrons sinon lorsque le foncier est disponible à l'intérieur du périmètre, qu'il est visible des fenêtres. Une association est alors missionnée avec un animateur de jardin qui stimule l'envie des habitants de venir s'en occuper. Outre l'intérêt économique, c'est l'intérêt social qui est intéressant". Une question d'équilibre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :