Malika Idri, une certaine idée de la solidarité

 |   |  418  mots
(Crédits : DR)
L'engagement, c'est son truc. Au sein d'AG2R La Mondiale, c'est d'engagement social dont elle s'occupe. Mais que ce soit au CJD ou avec l'association FACE, l'idée est toujours la même, apporter une solution viable à ceux que l'on dit éloignés de l'emploi.

D'aussi loin qu'elle se souvienne, Malika Idri a toujours eu un cheval de bataille, l'accès aux droits. Mais c'est lorsqu'elle croise le chemin de la Fondation Agir contre l'exclusion qu'elle acquiert "une conscience citoyenne". Et "je comprends alors comment la politique et le social peuvent s'imbriquer, comment les entreprises s'impliquent".

Membre du bureau du CJD Marseille, son objectif c'est "de sensibiliser les dirigeants à ouvrir leur réseau", le CJD étant dit-elle un lieu où "on prend conscience du territoire, des autres". D'ailleurs, "un territoire qui grandit élève tout le monde. On pense élever quelqu'un mais au long du parcours on se rend compte que l'on grandit soi aussi". Et Maliki Idri de pousser plus loin affirmant que "la capacité de compassion, d'empathie fait le grand dirigeant".

Aux manettes de l'engagement social d'AG2R La Mondiale, donc, Malika Idri concourt à la signature d'un partenariat original avec l'Adie en 2016, partenariat qui veut toucher une cible particulière : les seniors. Ainsi naît le programme "1 000 seniors en emploi". Une initiative qui vise donc à créer donc 1 000 nouveaux emplois en 3 ans pour cette frange de la population pour qui "il n'existe pas de dispositif spécifique" regrette-elle. S'indignant presque. "Alors que les seniors ont un socle de compétences solides".

Trois ans après l'heure du bilan a sonné et celui-ci est dans les clous. Malika Idri elle, s'enthousiasme sur le fait que 44 % des accompagnées soient des femmes même si 3 % de celles-ci ont plus de 66 ans. "Cela démontre que passer à la retraite ne résout pas les problèmes de la vie".

Bien sûr, ce premier essai est concluant. Bien sûr aussi, Malika Idri veut aller plus loin et encourage l'Adie dans ce sens. "Nous devons faire plus. Accompagnés pour cela par les politiques et l'expérience que nous avons acquis. Nous devons être plus ambitieux".

D'autant que le choix d'un périmètre régional semble être le plus pertinent.

L'autre cible qui intéresse Malika Idri ce sont les jeunes. Sur ce thème - qu'elle connaît bien - elle dit que le vrai sujet c'est la l'alternance, méthode efficace pour former et diffuser la culture de l'entreprise. Et puis, "cela permet le dialogue avec l'école. On fait souvent remarquer le gap entre les enseignements donnés et les besoins de l'entreprise, ici le gap se réduit".

Et puis "le levier de l'emploi est essentiel, il permet de gagner en dignité, en confiance". Et cela, tous âges confondus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :