Le MuCEM est-il (enfin) sur la bonne voie ?

 |   |  780  mots
(Crédits : DR)
Pour la première fois depuis sa création, le musée installé à Marseille voit le nombre de visiteurs augmenter sur une année grâce notamment à des expositions blockbuster. Un modèle qui rentre tout à fait dans l’idée de l’établissement public national, selon son directeur Jean-François Chougnet.

Depuis son bureau, Jean-François Chougnet a une vue imprenable sur la rade marseillaise. Le directeur du Musée des Civilisation de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM) depuis septembre 2014 n'est pas le seul à apprécier la vue, près de 8 millions de visiteurs ont arpenté le bâtiment conçu par Rudy Ricciotti à l'occasion de l'année Marseille capitale européenne de la culture en 2013.

L'inauguration en grandes pompes avait vite laissé place aux premiers doutes sur le musée, de l'équilibre financier à l'absence d'identité en passant par la qualité des expositions. "C'est normal que des expositions ne fassent pas l'unanimité, c'est même plutôt sain, elles ne sont pas jaugées exclusivement à l'audimat", juge Jean-François Chougnet. L'exposition permanente a tout de même été modifiée après les nombreux retours négatifs via les réseaux sociaux ou les sites d'avis.

Le musée a également proposé quelques grands noms comme Picasso en 2016 ou Ai Weiwei cette année. Des blockbuster qui interrogent sur l'identité du Mucem, ce que balaie Jean-François Chougnet : "L'idée n'est pas de faire du tiroir-caisse, quand nous avons fait Picasso ce n'était pas une exposition de plus et cela avait été remarqué". Pour le directeur, l'identité du MuCEM c'est "sortir des sentiers battus en provoquant la surprise et l'intérêt" autour des thèmes que ce sont l'Europe, la Méditerranée et l'art populaire, des sujets qui ne sont pas les plus "vendables" au public.

2019 aussi bien que 2018 ?

L'année 2018 marque en tout cas un regain puisqu'elle est la première à afficher une fréquentation en hausse par rapport à l'année précédente avec plus d'1,5 million de visiteurs attendus, contre 1,2 million en 2017, 1,4 million en 2016, 1,5 million en 2015 et 1,9 million en 2014. "Les expositions de l'été ont été un grand succès, Ai Weiwei en particulier", note Jean-François Chougnet. La barre des 550 00 visiteurs d'expositions devrait être dépassée en 2018, un record depuis 2014 (650 000 visiteurs).

Ces visiteurs qui poussent les portes des salles derrière les résilles de béton représentent 36 % de la fréquentation globale, une part similaire aux années précédentes. "C'est une évolution lente, nous n'arriverons jamais à 100 %, mais être promeneur au MuCEM est déjà un acte culturel et à titre personnel je suis contre la politique de faire payer l'accès au bâtiment", se défend Jean-François Chougnet qui note que désormais le MuCEM fait parler de lui en tant que musée et plus en tant que bâtiment.

Pour 2019, le conseil d'administration se fixe un objectif de fréquentation égale à cette année. "Ce qui nous intéresse, c'est que les visiteurs reviennent et les enquêtes que nous réalisons montrent que c'est le cas. On ne réalise pas la même balade architecturale lors de la deuxième ou troisième visite, c'est là que la logique de programmation a un grand rôle". Lors de son arrivée, le directeur voulait également mélanger public local et extérieur à la région ainsi que faire revenir les visiteurs. Le rapport d'activité de 2017 indique que 40 % des visiteurs résidaient en Provence Alpes Côte d'Azur (- 7 points / 2016).

30% de ressources propres

La billetterie représente le principal revenu des ressources propres du musée national, qui pèse 30 % du budget de 24 millions d'euros. Les subventions restent la principale source de financement. Mais depuis 2015, le MuCEM développe ses activités hors exposition. "C'est en croissance, cela représente 40 000 personnes par an, c'est peu à notre échelle mais si l'on compare à d'autres lieux à Marseille c'est significatif", souligne Jean-François Chougnet. A titre de comparaison la Criée annonce 56 000 spectateurs annuels. Le MuCEM a également un contrat de performance et d'objectif avec l'Etat et valorise ses fonds propres avec la circulation de certaines de ses oeuvres.

Si l'équilibre financier pose question, pour Jean-François Chougnet un musée public a de fait un caractère non-commercial. "Un musée est un lieu d'éducation et de plaisir, mais cela ne veut pas dire que nous restons dans notre bureau à attendre les subventions, à nous de trouver des partenariats", ajoute-t-il.

Reste à savoir quelle trajectoire va donner le ministère de la Culture à l'établissement public national de 130 salariés, hors prestataires. La mission de Jean-François Chougnet se termine en 2019, la suite dépend de Philippe Barbat, le tout nouveau directeur général des patrimoines qui doit déterminer la procédure de candidature. L'actuel directeur du MuCEM attend donc de connaître les conditions du prochain appel d'offres pour dévoiler ses intentions de rester ou non dans son bureau marseillais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :