Ce que promet InStep, le programme entre Infosys et Aix-Marseille Université

 |   |  846  mots
(Crédits : iStock)
Après son implantation à Marseille, Infosys s’est associée à Aix-Marseille Université dans le cadre de son programme de stages à l’international. Un partenariat stratégique pour l’entreprise, tandis qu’il s’inscrit dans la volonté d’AMU de se rapprocher du milieu économique. Et c’est plus globalement le territoire qui pourrait en profiter.

Depuis l'installation de son centre d'excellence en juin dernier, Infosys semble bien décider à s'inscrire dans la durée au cœur de la deuxième ville de France. La société indienne de services informatiques pour les entreprises vient en effet de s'associer à Aix-Marseille Université dans le cadre de son programme InStep. Un programme existant déjà dans plusieurs grandes universités mondiales et françaises - 185 étudiants français y ont déjà participé - et qui propose à des étudiants un stage de deux à six mois en immersion au cœur d'Infosys en Inde. Les étudiants sont recrutés sur la base d'un projet sur lequel ils travailleront en lien avec une équipe dédiée. "Plusieurs centaines de projets sont proposés. Il peut s'agir de la mise en place de solutions pour des clients, de sujets de recherche pour nous-mêmes ou encore d'amélioration de nos process internes", détaille Eric Laffargue, directeur France d'Infosys. Des projets dans le domaine de l'intelligence artificielle ou encore de la cyber sécurité.

Des stages qui constituent donc une force d'innovation pour l'entreprise et qui sont depuis vingt ans au cœur de sa stratégie. "Ce programme permet de créer des liens avec les décideurs de demain et d'amener les étudiants vers nos métiers". Car dans un contexte de concurrence pour les talents dans le numérique, "les étudiants en intelligence artificielle ne pensent pas forcément aux métiers de services ». Il s'agit aussi de leur inculquer la culture quelque peu atypique de la maison.

Et alors qu'Infosys souhaite faire de Marseille son centre de recherche en matière de logistique, elle aura besoin de talents locaux et d'une meilleure connaissance du terrain. Ce à quoi peuvent les aider les étudiants marseillais.

Au cœur de la stratégie d'Aix-Marseille Université

Mais ce petit plus, ce détail qui a fini de convaincre Infosys, c'est l'accueil particulièrement chaleureux de l'Université d'Aix-Marseille. Un accueil qui s'explique par une convergence d'intérêts et de points de vue. Pour les étudiants d'abord, "le programme InStep permet de les amener en immersion sur un lieu multiculturel, ce qui favorise leur professionnalisation et leur ouvre des perspectives», se réjouit Eric Berton, doyen d'AMU.

L'intérêt est également de créer des synergies et de développer des connaissances dans des domaines auxquels l'Université s'intéresse de plus en plus comme l'intelligence artificielle. Mais surtout, il s'agit pour AMU d'une opportunité s'inscrivant parfaitement dans sa stratégie d'ouverture sur le monde de l'entreprise, stratégie qui s'est par exemple illustrée par la création de la Cité de l'Innovation et des savoirs fin 2018. "C'est une volonté du président Yvon Berland de développer nos relations avec le monde industriel et de montrer l'intérêt sociétal de l'Université, de faire d'AMU un pôle d'attractivité économique".

Aix-Marseille pionnière des relations entre l'Inde et la France ?

Un intérêt sociétal qui peut passer par l'élaboration de relations qui profiteront à l'ensemble du territoire? Voilà une volonté de l'Université, convaincue que les compétences acquises par les étudiants, la meilleure maitrise de l'anglais, l'ouverture d'esprit et les savoir-être développés durant les stages sont autant d'outils bénéfiques pour la région. Mieux, "ce programme peut placer Marseille comme un pionnier dans les relations entre l'Inde et la France". D'abord en faisant des étudiants des ambassadeurs de la France à l'étranger. Ensuite, en s'appuyant sur les ressources logistiques du territoire, notamment grâce au centre d'excellence.

D'autant que, comme l'affirme Eric Laffargue, "en Inde, le secteur de la logistique s'ouvre. Les ports sont en pleine révolution. Demain, il y aura plus de liant entre Marseille et les ports indiens", espère-t-il. Et de rappeler combien le pays au 1,3 milliard d'habitants est amené à compter sur la scène internationale, tant économiquement que culturellement. D'où l'intérêt de développer une relation encore peu existante, et "Marseille a beaucoup d'atouts pour y parvenir car c'est une ville qui sait s'adapter à différentes cultures et qui est tournée vers l'étranger et la mer".  Une relation qui pourrait passer par le truchement des étudiants participant au programme. Un peu à l'image d'Erasmus qui a rapproché les pays européens.

Une relation sur la durée

Pour l'heure, 46 étudiants d'AMU et de Centrale Marseille ont postulé. "Pour la première année, nous aimerions que 5 ou 6 aient la possibilité de faire la première sélection", souhaite Eric Laffargue, misant ensuite sur un phénomène d'émulation entre étudiants.

Quoi qu'il en soit, Infosys et AMU comptent bien développer leur collaboration sur le long terme, discutant d'ores et déjà de prochaines collaborations autour de l'intelligence artificielle. Il pourrait ainsi être question d'une chaire dédiée à ce sujet, "mais nous ne sommes pas encore fixés sur le format", prévient Eric Berton pour qui InStep n'est que le "premier pas" d'une relation qu'il espère de plus en plus "naturelle" avec le temps.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :