Le J1 symbole de la politique foncière du port de Marseille

 |   |  542  mots
(Crédits : Reichen & Robert)
Pour se rendre plus compétitif, le Port de Marseille-Fos mise sur son foncier et la commercialisation d’espace. Dans cette optique, le hangar du J1, dont le projet vient d'être dévoilé, est une nouvelle étape dans le changement de la façade maritime.

"Nous sommes contents des résultats, les relais de croissance identifiés fonctionnent bien et la commercialisation des espaces est très soutenue", se réjouit Christine Cabau-Woehrel. La présidente du Port Marseille-Fos depuis 2014 ne cache pas sa satisfaction face au bilan de l'année écoulée. Une année marquée par une forte implantation logistique et industrielle avec 130 hectares qui ont fait l'objet de contractualisations et de négociations commerciales durant l'année avec notamment des projets phare comme ll'installation du chinois Quenchen ou l'extension d'Interxion.

"Nous sommes positifs, nous investissons et les manufacturiers aussi, le renforcement du report modal est un signe de confiance", analyse Christine Cabau-Woehrel. Des espaces logistiques qui déboucheront sur de l'activité conteneurs, en hausse pour la septième année consécutive malgré une croissance en baisse (+2%), estime la présidente. "La situation est assez saine, on construit dans du dur".

100 millions d'euros d'investissement

Côté dur justement, le port vient d'annoncer que le groupement Adim-Caisse des Dépôts-Vinci a remporté l'appel d'offres pour transformer le J1. Coincé entre le Mucem et les Terrasses du Port, le hangar magistral de 25 000 m2 est le dernier symbole en date de la volonté du Grand Port Maritime de Marseille de changer sa façade maritime et de valoriser son foncier. "Quand je pense qu'il y a quelques années, nous avions reçu une offre de 15 millions d'euros, nous pouvons dire que la gestion a été bonne", se congratule Jean-Marc Forneri, président du conseil de surveillance du port.

L'investissement attendu est d'environ 100 millions d'euros, soit la fourchette basse annoncée lors du lancement de l'appel à projets 18 mois pluts tôt. Aucun détail n'est encore donné sur la contractualisation, les négociations doivent débuter prochainement pour une conclusion fin mars.

Seul le projet, baptisé La Passerelle, a été mis en avant. Conçu par les architectes Reichen & Robert (Halles de La Villette, Allées Provençal d'Aix), il promet "une programmation multi-facettes équilibrée entre économie et loisirs". L'architecture doit permettre au public d'accéder au bâtiment afin de propose "une promenade pour tous les Marseillais", affirme Jean-Marc Forneri.

Bureaux et coworking

Au programme donc, 10 800 m2 de bureaux dédiés au tertiaire et au coworking, un hôtel Marriott de 130 chambres, des restaurants, des halles et un espace de loisir et sport avec notamment une piscine extérieure. Le lieu proposera aussi une "Game Life Agora", une salle dédiée aux événements autour du numérique et des jeux vidéos. L'inauguration est prévue pour 2023.

Il faudra donc pour le groupement remplir les espaces, les Docks voisins et une partie des Terrasses du port proposant une large offre de restauration alors que la Tour La Marseillaise a rempli ses bureaux à grands coups d'occupation public.

Après le lancement du projet sur le J1, le port peut maintenant s'orienter vers les aménagements jusqu'au J4, où se trouve le Mucem. Le point final d'une restructuration de la façade maritime après notamment le Silo, la Fondation Regards et les Voûtes de la Major. Un moyen de continuer à générer des revenus pour optimiser ses équipements afin de se montrer toujours plus compétitif et attractif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :