La stratégie de Philippe Renaudi pour renforcer l'UPE 06

 |   |  772  mots
(Crédits : DR)
Réélu pour un second mandat de 3 ans à la tête du syndicat patronal des Alpes-Maritimes, le président compte bien insister sur ce qui a déjà été initié tout en affirmant encore davantage la place de l'Union pour l'Entreprise sur l'échiquier azuréen. Dans un rôle clairement "politique", dans le sens noble du terme, bien sûr.

C'est un second mandat et son but est clairement de peaufiner, affiner, poursuivre... ce qui a déjà été entrepris depuis trois ans. Car si l'on a beaucoup évoqué le renouveau du Medef au niveau national lors de l'élection de Geoffroy Roux de Bézieux, le sujet n'en n'est pas moins un en région.

Il est d'autant plus d'importance que c'est dans les territoires que la proximité avec les entrepreneurs et les autres acteurs économiques prend toute sa place. Stratégique à plus d'un point de vue.

Air frais

Il y a trois ans déjà, cela avait été l'un des premiers éclaircissements apportés, à l'UPE le rôle "politique", les prises de position fortes et fermes. A la Chambre de commerce et d'industrie, le rôle plus "administratif", plus dans l'analyse, chiffrée souvent.

Une répartition des rôles qui a au moins eu le mérite d'être claire sur le qui fait quoi. Voire a apporté une bouffée d'air frais.

Partenaires actifs, l'UPE 06 et la CCI font donc front commun. Ce qui n'est pas anodin dans l'une des batailles, qu'est la sauvegarde des CCI justement. Un sujet pris à bras le corps au niveau national par le président Roux de Bézieux qui a instauré dès ses premiers pas de président, une commission dédiée. Dans le département, l'entente complice entre Philippe Renaudi et Jean-Pierre Savarino, son homologue à la CCI Nice Côte d'Azur a réellement bouleversé les rapports de force dans le monde économique. Ce qui plutôt bien perçu donc. Et ce qui est surtout plus efficace.

L'esprit d'équipe

Avec un modèle à affirmer donc, l'UPE06 poursuit l'offensive. Ne cache pas sa volonté de recruter de nouveaux adhérents, plan dédié à la clé, même s'ils sont déjà un millier à avoir rejoint le syndicat patronal.

Le rapprochement avec le Club Business, désormais totalement dans le giron de l'UPE06, s'est fait "pour une bonne synergie", précise Philippe Renaudi.

La bonne synergie c'est aussi ce qui doit primer dans l'accompagnement que la CCI comme l'Union patronale vont apporter chacun aux entreprises. Pas de marche sur les plates-bandes respectives, si possible. Mais comme le rôle de chacun a été bien redéfini, pas de risque de plate-bande foulées et abîmées. Côté esprit d'équipe, il y a toujours ce projet de rapprochement avec l'U2P, pour une totale unicité. Projet qui prend du temps. On ne change pas si facilement, des habitudes bien ancrées.

Mais en vrai, c'est tout le monde économique embarqué sur le même bateau.

Et sur les sujets qui fâchent, donc, l'UPE 06 n'hésite pas à faire savoir ce qu'elle pense. "Nous nous positionnerons contre tout nouveau projet de centre commercial", précise par exemple Philippe Renaudi. Les centres commerciaux, point de discorde dans le département, entre ceux qui estiment que l'overdose pointe et ceux qui défendent les nouveaux projets, n'ont pas bonne presse.

L'Union pour l'Entreprise entend bien apporter sa vision "politique" sur les initiatives telles que "Cœur de ville" ou celles qui concernent la revitalisation des Centres Bourgs et Centres-Villes.

Peser dans le débat

L'Union veut continuer à peser dans le débat, à se rapprocher des maires et des communautés d'agglomérations pour faire remonter les points bloquants, ceux qui grèvent la bonne poursuite des projets, donc de l'emploi, donc de la croissance.

Elle veut aussi être un point d'ancrage, d'accompagnement pour les entreprises, d'où le projet de créer un club Relations Publiques exprès pour celles qui ont besoin de faire savoir. Un club d'entrepreneurs de + de 50 ans est également dans les tuyaux tout comme un club jeunes entrepreneurs. L'idée est d'une part de permettre aux adhérents du premier d'échanger sur les problématiques communes et d'autre part à ceux du second de se préparer à une future transmission.

Mais le sujet du moment c'est beaucoup le Grand Débat. Et les Gilets jaunes. "Les patrons n'ont pas été pris pour des boucs émissaires", se réjouit Philippe Renaudi. Oui, mais il ne faudrait pas que ce soient les patrons qui soient sollicités pour mettre la main à la poche des 10 milliards d'euros promis par Emmanuel Macron. Et ne resterait sans doute pas lettre morte. "Les chefs d'entreprises ont fait les fourmis, ce n'est pas pour qu'ils se retrouvent comme une cigale". C'est-à-dire fort dépourvus par cause d'empêchement de travailler en rond. "Une double peine pour les chefs d'entreprise serait inadmissible". Et sur ce sujet, comme d'autres, l'UPE 06 ne laissera rien passer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :