Jean Leonetti : "Sophia-Antipolis doit se diversifier"

 |   |  937  mots
Jean Leonetti, maire d'Antibes et président de la Communauté d'agglomération Sophia Antipolis.
Jean Leonetti, maire d'Antibes et président de la Communauté d'agglomération Sophia Antipolis. (Crédits : DR)
INTERVIEW. Le pilote aux manettes de Sophia Antipolis, c’est lui. Et l’alignement des planètes entre le politique et l’économique est un élément indispensable au bon déroulement de la stratégie. Réflexions autour de l’aménagement de ce territoire et du renforcement de son attractivité.

LA TRIBUNE - Comment se porte, à 50 ans, Sophia Antipolis ?

JEAN LEONETTI - Une première satisfaction réside dans le fait d'avoir tourné la page des incertitudes. Il y a quinze ans, on disait au mieux « Comment relancer Sophia Antipolis », au pire « Comment arrêter son déclin ». Entre-temps, l'État a mis des terrains à disposition, l'université, avec le soutien du Conseil départemental, a installé le campus SophiaTech. Aujourd'hui, nous avons une stratégie de management territorial et des partenariats économiques qui convergent

La venue de Xavier Niel, le dirigeant de Free, au sein d'Ecotone, le bâtiment que la Compagnie de Phalsbourg érigera avec Jean Nouvel à l'entrée de Sophia Antipolis, a-t-elle été précédée de discussions ?

Non, nous avons été dans une vente de terrain [pour un montant de 44 millions d'euros, ndlr]. Ecotone marque l'entrée de Sophia Antipolis avec une volonté d'architecture écologique. Celui qui met le prix doit avoir un projet à la hauteur. Cela semble être le cas. Si Free ou Station F arrivent, c'est bien sûr un bon signe.

Le projet d'un Business Pôle 2 doit également voir le jour. Avec quelles ambitions ?

L'idée serait de le mettre en contact direct avec l'université, de lui permettre une liaison très étroite avec l'enseignement et la recherche. Nous renforcerions ainsi la polarité de la liaison entre l'académique et l'éducation.

L'un des points noirs de la technopole réside dans la mobilité. Est-ce un frein au développement ?

Les NTIC sont notre cœur de métier. Mais les biotechnologies, l'e-santé, l'e-sport doivent continuer à se développer, presque, si j'ose dire, sur les ruines de Galderma [la fermeture du site de Nestlé Skin Health est effective depuis quelques semaines]. Il faut accompagner le développement de Sophia Antipolis. Celui-ci passe par une stratégie de masse critique de logements sur Biot et sur Valbonne pour stopper les mouvements pendulaires. Le bus-tram, en reliant les Trois-Moulins, les Clausonnes et Saint-Philippe, est aussi dans son triangle d'or, et sa livraison, d'abord en 2019 puis en 2022-2023, le sera au moment de la plénitude d'emplois. Il faut indéniablement changer les habitudes en termes de mobilité. Sophia Antipolis, c'est 6 milliards d'euros de chiffre d'affaires, c'est plus que le tourisme sur la Côte d'Azur et le Var. Il faut rattraper cela. Nous en avons les moyens. Il faut aussi un littoral connecté à Sophia Antipolis.

Vous disiez dans une interview à La Tribune, qu'il fallait davantage communiquer sur Sophia Antipolis...

Il faut essentiellement parler lorsqu'il y a le contenu pour prendre la parole. L'anniversaire des 50 ans est bien sûr un axe de communication. Mais notre intérêt, sur ce sujet, est aussi d'aller voir ailleurs pour y trouver des sources d'inspiration, de réflexion...

Lors de ce même échange, vous évoquiez la possibilité de créer un fonds dédié aux entreprises et des prix pour promouvoir ce qu'il se passe sur la technopole. Est-ce toujours un projet envisagé ?

Oui, c'est un projet qui est toujours d'actualité. Nous fêtons les 50 ans, mais il faut les pérenniser. Il faut accompagner Sophia Antipolis, son tissu intellectuel, ses bâtiments... C'est dans ce cadre que s'inscrit aussi le Business Pôle 2.

Si on se projette à 15-20 ans, comment Sophia Antipolis aura-t-elle évolué ?

Le véhicule autonome et les biotechnologies seront devenus deux piliers forts. Le territoire est trop petit pour ne pas qu'il y ait un travail en réseau très développé mais avec un cœur à Sophia Antipolis. Nous devons gérer et accompagner le succès de la technopole, dans un contexte où la concurrence est rude. Il faut travailler sur les conditions de demain, pour conserver les entreprises et continuer à attirer les chercheurs de haut niveau. Il faut toujours avoir un coup d'avance, la preuve, aujourd'hui nous récoltons le coup d'avance que nous avions il y a dix ans. Les nouvelles technologies changent nos vies, mais nous en percevons tout le champ des possibles. Le monde économique et technologique va plus vite que nos rêves.

___

ENCADRE

L'accueil d'un Institut 3IA, une (double) bonne nouvelle pour le site et la région

L a confirmation de la présélection pour accueillir un Institut interdisciplinaire d'intelligence artificielle (3IA), c'est un peu le double effet Kiss Cool. D'abord parce que cette présélection sonne comme une reconnaissance de la Côte d'Azur comme terre d'innovation et d'excellence en termes d'intelligence artificielle. D'ailleurs, le territoire compte 300 chercheurs spécialisés, dans des secteurs tels que la santé, la mobilité, la biologie, l'interface homme/machine ou les neurosciences. Il possède aussi une densité scientifique en sciences du numérique et en mathé- matiques parmi les plus importantes au niveau national. Cette expertise n'était peut-être pas suffisamment (re)connue, au niveau national notamment. Mais pour David Simplot, le directeur de l'Inria, qui est le porteur du dossier via sa casquette de vice-président Innovation de l'Université Côte d'Azur, c'était justement la preuve que Nice Sopha Antipolis méritait sans conteste de se lancer dans la compétition. La suite lui donne raison.

La seconde bonne nouvelle c'est que, sur ce dossier, Nice et Sophia Antipolis ont su jouer collectif. Une mise en commun qui n'est pas toujours allée de soi mais qui se dessine plus fortement. Sophia Antipolis « a une image très techno », selon David Simplot, qui n'est peut-être pas toujours celle portée par le marketing territorial. « L'environnement, ici, est exceptionnel. ». Et l'on a bien compris que cela ne concerne pas uniquement le climat ou la nature...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :