HighCo : un fonds de dotation pour quoi faire ?

 |   |  472  mots
(Crédits : DR)
Le groupe spécialisé dans le marketing digital, basé à Aix-en-Provence, dispose désormais d'un outil pour soutenir l'entreprenariat. Ce qui selon Céline Dargent, sa présidente, s'inscrit dans la continuité de la philosophie développée par celui qui a été le fondateur de l'entreprise, Frédéric Chevalier.

Le soutien aux initiatives entreprenariales est pléthore il est vrai, et les concours pour repérer les futures pépites et éventuelles licornes en devenir ne manquent pas. Pour ce qui est de l'entreprenariat centré étudiant, le phénomène est plus rare, même si du côté de Sophia-Antipolis, le Challenge Jeunes Pousses porté par Telecom Valley œuvre depuis deux décennies dans le même sens. HighCo pour Entreprendre est né il y a un peu plus d'un an. "Nous étions sollicité par nos collaborateurs pour nous investir dans une cause mais nous ne savions pas comment procéder", explique Céline Dargent. "Nous nous sommes dit qu'il fallait faire quelque chose qui nous ressemble. Nous sommes des entrepreneurs, cela fait partie de notre ADN, c'est donc vers cela que nous sommes allés".

Accompagner l'innovation

Ainsi naît le fonds de dotation. Avec la volonté de s'inscrire dans les mouvements qui font bouger actuellement l'économie dont celui porté par les startups. "Pour 75 % des Français, les entrepreneurs constituent un modèle pour la société. Et comme l'a sourcé EY en 2017, la France compte 10 000 startups, mais elles seront 12 000 d'ici 2022" rappelle Céline Dargent, insistant aussi sur le fait que l'accompagnement est un facteur déterminant dans la pérennité de ces jeunes pousses.

Doté de 50 000 euros, HighCo pour Entreprendre est donc passé en phase active, d'abord en nouant un partenariat avec trois associations - La Ruche, Positive Planet et EPA - chacune étant active dans un domaine particulier mais avec comme dénominateur commun, les jeunes et l'entreprenariat.

Fédérer pour renforcer

"Qu'un groupe de marketing s'intéresse à l'entreprenariat, ce n'est pas commun", ajoute Céline Dargent, mais "toutes les entreprises ont en leur sein des compétences qu'elles peuvent transmettre". Pour compléter le tout, il fallait un prix pour repérer, encourager, promouvoir les jeunes entrepreneurs. Ainsi sont les bases du Prix Frédéric Chevalier, du nom du fondateur d'HighCo, plus tard concepteur visionnaire de thecamp. "Nous adressons les jeunes âgés de moins de 25 ans, étudiant ou habitant dans le périmètre de la métropole Aix-Marseille Provence, porteur d'un projet digital, innovant, qui a donc une idée mais qui n'a encore jamais été aidé, pas même en love money", précise Céline Dargent. L'appel à candidature, lancé début mars, se finalise en mai prochain. "Nous aimerions doté encore davantage notre prix - dotation qui est de 10 000 euros NDLR - si possible, à terme. Nous ne faisons pas tout cela pour HighCo mais pour les entreprises. En fédérant nous sommes plus forts et nous sommes encore plus pertinents dans ce que nous devons faire". Une chose est sûre : "nous ne nous sommes pas trompés, il y a bien un rôle des entreprises à jouer".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :