L’appel du pied du Sénégal à la Région Sud

 |   |  639  mots
(Crédits : DR.)
A l’occasion de sa venue au salon Vivatech, Renaud Muselier a invité Papa Amadou Sarr, délégué général à l’entrepreneuriat au Sénégal. L’occasion pour le premier d’afficher sa volonté de travailler avec l’Afrique, pour le second d’en appeler à des actions concrètes.

Leurs stands étaient voisins. Il n'a donc fallu que quelques pas à Papa Amadou Sarr, délégué général à l'entrepreneuriat au cabinet du Président sénégalais, pour rejoindre l'estrade sur laquelle l'attendaient Christian Estrosi et Renaud Muselier, suite à l'invitation de ce dernier.

L'occasion pour la Région de rappeler combien elle regarde vers l'Afrique et que, mieux qu'une autre, elle peut jouer le rôle de passerelle entre ce continent et l'Europe. Et le Président de Région de rappeler les actions déjà menées en ce sens, de Méditerranée du futur - manifestation qui se veut incontournable pour le développement et la coopération méditerranéenne - au prochain Sommet des deux rives prévu fin juin. Un événement qui réunira cinq pays d'Europe du Sud et cinq autres d'Afrique du Nord autour de problématiques telles que l'éducation, l'économie ou encore le climat. Et de marteler : "Nous avons la capacité géopolitique et technologique de travailler ensemble". C'est précisément ce qu'il veut illustrer en invitant le délégué général à son stand.

Un délégué général qui a su flatter l'égo régional. "Je suis chez moi ici, en Provence Alpes Côte d'Azur. Comme vous, je viens du Sud, et je me suis plusieurs fois rendu à Marseille, Nice ou Toulon" Et surtout, "j'ai été invité au stand de l'Ile-de-France, j'ai dit non. Le Sud est plus proche". Ceci étant dit, il a profité de sa présence pour en appeler à une coopération renforcée entre la Région et son pays qui mise de plus en plus sur l'entrepreneuriat, non seulement pour apporter des solutions innovantes à des problèmes précis, mais pour créer de l'emploi.

Un pays de plus en plus tourné vers l'entrepreneuriat

C'est tout le sens de la Délégation générale à l'entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes (DER) créée l'an dernier. Initiative qu'il n'a pas manqué de présenter. "Cela permet de lutter contre le chômage des jeunes. Nous leur trouvons de l'emploi, leur donnons accès à la formation et à des financements". Ceux-ci pouvant aller de 15 à 150 000 euros, dans les domaines de l'intelligence artificielle, des objets connectés ou de la blockchain. Jusqu'à maintenant, une quarantaine de startups ont été accompagnées et/ou financées, pour 2 millions d'euros au total.

Un moyen de structurer un écosystème dans lequel peuvent évoluer les entrepreneurs qui ne manquent pas d'idée. Présente au stand du Sénégal, l'entreprise BaySeddo, accompagnée par la DER, a développé une plateforme de mise en relation entre investisseurs et agriculteurs. "En ce moment, nous voulons apporter une solution au problème de la commercialisation de l'oignon en aidant les producteurs à s'équiper de chambres frigorifiques pour étaler la production et vendre à des prix suffisants", explique Fatima Diop, manager de l'entreprise. Un projet que l'Etat finance pour moitié.

Autre signe d'implication de l'Etat sénégalais : la création prochaine d'un incubateur géant à Dakar, "comme la station F", sur 15 000 m². Mais il faut aussi construire des liens avec l'extérieur pour assurer des marchés plus amples à ses entrepreneurs. Et le message a été transmis  au Président de Région : "Nous voulons développer des partenariats avec la Région Sud pour accompagner ces hommes et ces femmes". Et sur la forme, Papa Amadou Sarr a déjà quelques idées : "une ligne de cofinancement, la mise en place de fonds de garantie et le soutien à la diaspora pour qu'ils investissent ici".

Car tout reste à construire. "Nous n'avons pas encore de relation avec la Région Sud", constate-t-il, les échanges se faisant plutôt entre collectivités ou entreprises, sans coordination globale. Reste donc à passer à l'action.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :