Fashion South & Design, incubateur de la mode ?

 |   |  540  mots
(Crédits : DR)
Berceau de naissance de nombreuses marques – Kaporal, American Vintage, Kulte, Koche, pour ne citer qu'elles – Marseille essaie de ne pas perdre ce filon industriel. Mais comme dans tous secteurs, c'est le brassage et l'innovation qui permettent le renouvellement. Un positionnement que défend ce nouvel événement organisé avec le MIF 68, le centre de grossistes implanté dans les quartiers nord. Ce qui dit déjà de la philosophie.

De Marseille et la mode, on connaît les marques telles American Vintage, Sessùn,  Kulte, Kaporal... On connaît l'institution locale, la Maison Mode Méditerranée, née justement pour valoriser la filière. Plus récemment, est apparu dans le paysage MIF 68, autrement appelé le Marseille International Fashion Center, le centre de grossistes et ses 95 showrooms. Un écosystème donc qui existe, vit et se développe. Un environnement qui a séduit Michelle Corréa et Christophe Corréa, la première spécialisée en conseil de stratégie de marques, le second venu de la presse et qui ont "senti" Marseille comme la place idéale pour insister sur le potentiel qui existe, localement certes, régionalement bien sûr mais aussi en Méditerranée.

Quand on dit que Marseille est un hub pour l'Afrique...

Mode... d'expression

Pour mettre en valeur tout ce qui existe et émerge dans le bassin méditerranéen, quoi de mieux qu'un événement qui serve de vitrine et de lieu rassembleur. C'est l'idée même de ce Fashion South & Design. Une sorte de Fashion Week made in Méditerranée qui doit agir comme un révélateur. Et qui ne veut pas s'arrêter strictement à la mode mais englober l'art, "celui qui nourrit la mode", dit Michelle Corréa. L'ambition c'est donc de donner la parole ou plutôt un mode d'expression à ces créateurs, jeunes ou confirmés dans l'aventure. Leur point commun, le manque de visibilité.

En trois jours - la première édition se tient du 31 mai au 2 juin - il va donc être question de montrer des talents et de mettre en relation. "Nous voulons faire se rencontrer les jeunes pousses et les marques", poursuit Michelle Corréa.

Car la mode elle aussi évolue dans son mode de consommation. Les marques sont friandes de nouveautés ou d'innovations qui peuvent aussi leur permettre de se distinguer. "Aujourd'hui un vendeur ne vend plus. Il est personnel shopper. Les boutiques, elles-mêmes de réinventent et créent des parcours intelligents", fait remarquer Michelle Corréa. En fait, "le Fashion South & Design doit être un incubateur, faire décoller les savoir-faire". "C'est l'opportunité pour les jeunes créateurs de faire du business", ajoute Christophe Corréa. "Marseille est une place de marché, c'est une capitale européenne".

Faire monter en compétences

Le concept est clairement innovant dans la forme et dans le fond. Marseille jouit certes d'une aura en matière de création mais si des marques émergent nationalement, il n'en reste pas moins que le vivier est multiple, riche et méconnu. L'ouverture à la Méditerranée s'inscrit par ailleurs parfaitement dans la volonté politique qui est répétée par tous les acteurs économiques sans exception. Bien sûr, le Fashion South & Design compte bien s'inscrire dans la durée. Auto-financé, ne bénéficiant d'aucune subvention, il a nécessité 60 000 euros d'investissement. "C'est un projet privé", revendique Michelle Corréa. N'empêche qu'il pourrait bien faire bouger le territoire. Montrer que l'innovation est large et pas que techno et que les bonnes idées naissent parfois (souvent) hors des sentiers battus. Du cousu main...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :