La stratégie de "décentralisation" du Crédit coopératif

 |   |  652  mots
(Crédits : iStock)
Fondée il y a 125 ans pour soutenir une économie "plus humaine", le Crédit coopératif tend à donner de plus en plus de marge de manœuvre à ses comités régionaux. En région Sud, cela a permis un fort succès de son livret « Coopération pour ma Région », visant à soutenir trois secteurs au niveau local.

"Banque de ceux qui ont décidé d'entreprendre autrement", c'est le credo du Crédit coopératif. Une banque qui promet d'investir dans une économie "plus humaine" avec une exigence : la transparence. Un argument dont l'écho est amplifié depuis la crise financière de 2008, si bien que de plus en plus de particuliers se tournent vers elle. "Avant, leur venue était liée à leur affiliation passée en tant que personne morale. Désormais, nous avons de jeunes actifs qui ont compris que, de la même manière qu'il faut manger bio, il faut faire attention à l'établissement bancaire à qui l'on confie son argent", observe Stéphane Salord, président du comité régional de la banque en Provence-Alpes Côte d'Azur.

Préoccupation des territoires

Un positionnement national qui se décline au niveau local puisque le Crédit coopératif a fait le choix de déconcentrer en partie son activité. Un moyen de prendre le pouls au plus près et d'ajuster la stratégie nationale. "Cela nous aide à montrer que ce n'est pas parce que nous sommes une banque nationale que nous ne sommes pas en phase avec les préoccupations des territoires français", explique Jean-Louis Bancel, président de l'établissement.

Ainsi, elle dispose dans chaque zone d'un comité régional qui se réunit à l'occasion d'assemblées générales régionales et qui a pour rôle de faire de la prospection tout en jouant le rôle de médiateur entre les sociétaires et la banque. En Région Sud, le Crédit coopératif dispose de cinq centres d'affaires où travaillent 63 collaborateurs chargés de satisfaire 5 970 clients entreprises et 19 000 particuliers. En 2018, l'encours de crédit était de 135 millions d'euros pour les personnes morales en général, 19 millions pour les particuliers. Au total, la région représentait 10 % du capital de la banque.

Une région soucieuse de soutenir l'économie réelle... et responsable

Mais ce qu'a souligné l'Assemblée régionale, c'est aussi le succès très local d'un produit : le livret "Coopération pour ma Région", livret qui permet de soutenir localement trois thématiques triennales définies par les comités régionaux. "En ce moment, en région Sud, nous avons choisi la solidarité, la jeunesse et l'enfance en difficulté, la culture - qui souffre beaucoup à la fin de l'ère des subventions et qui joue un rôle important ici - et le logement social", détaille Stéphane Salord. Et l'opération a particulièrement bien pris. "En Provence Alpes Côte d'Azur, nous avons ouvert 172 livrets soit une hausse de 40 % par rapport à l'année précédente, contre 20 % au niveau national. Ce qui place la région comme première pour la collecte sur ce livret bien que ce ne soit pas la première en termes de dynamique économique", se réjouit Jean-Louis Bancel qui y voit le signe "d'une population très attachée à sa région".

Un résultat qui s'explique aussi par l'engagement du comité régional qui en a fait "un objectif économique très concret, qui permet d'augmenter les prêtes accordés". En 2018, 6 millions d'euros ont ainsi été collectés, 4,4 millions ont été prêtés. Un succès que Stéphane Salord espère reproduire avec les trois thématiques qui sont en cours de définition pour 2020.

Autre axe de travail : le lancement d'une famille de produits 100 % Investissement socialement responsable (ISR) dédiés à des sujets comme l'énergie, le vivre-ensemble ou la solidarité de proximité. "Je vais m'engager à 100 % sur ces produits", promet Stéphane Salord. "Avec cela, on ne ment plus. C'est une pépite. Nous sommes vraiment sur un champ de l'investissement qui prend toute sa dimension à notre époque". Convaincu que "depuis 2008, une banque qui ne fait pas de la transparence son cheval de bataille est dans l'erreur".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :