Pourquoi La Banque des Territoires soutient la Métropole Nice Côte d'Azur

 |   |  777  mots
(Crédits : DR)
Dans quelques jours, elle sera officiellement actionnaire à hauteur de 4 % du groupe Aéroports de la Côte d'Azur. Soutien de plusieurs projets sur le périmètre métropolitain niçois, la CDC et sa nouvelle marque s'impliquent encore un peu plus. Un double effet kiss cool, car parallèlement, la métropole compte utiliser le fruit de la vente pour investir aussi et nourrir notamment la politique de désendettement.

C'est le type d'opérations que l'on pourrait appeler gagnant-gagnant. Même si l'annonce de la cession de 4 % des 5 % que la Métropole Nice Côte d'Azur détient à la Banque des Terrtoires a pu étonner, elle est présentée d'un côté comme de l'autre comme une opération stratégique.

Aéroports de la Côte d'Azur, c'est bien sûr l'Aéroport Nice Côte d'Azur et ses 13,8 millions de passagers mais c'est aussi l'aéroport Cannes-Mandelieu ainsi que la plateforme du Golfe de Saint-Tropez. Deux autres éléments, très fort en aviation d'affaires, 11 979 mouvements sur ce segment précis en 2018 pour le premier, 2 938 mouvements pour le second.

Et les plateformes aéroportuaires sont toujours un élément essentiel d'une politique de développement économique. Sur la Côte d'Azur peut-être un peu plus qu'ailleurs.

Répondre aux axes stratégiques

C'est exactement cet impact économique qui justifie l'intérêt de la Banque des Territoires. C'est en tout cas comme cela que le présente Gisèle Rossat-Mignot, directrice du réseau national. "Le groupe aéroportuaire avec ses différentes entités est un groupe stratégique pour le territoire azuréen. Or nous sommes au service du territoire", rappelle celle qui a fait le voyage exprès depuis Paris pour assister ce 12 juillet au vote de la délibération présentée en conseil communautaire à Nice.

Et de rappeler que la Banque des Territoires ne va pas au hasard des investissements. "Notre participation se fait en fonction de nos propres axes stratégiques. Nous nous positionnons sur des actifs tactiques. Notre raison d'être est de participer à des infrastructures structurantes. Nous sommes également des partenaires de long terme". Outre le poids économique et l'envergure stratégique d'Aéroports de la Côte d'Azur, c'est aussi la politique RSE et l'objectif zéro émission du groupe qui ne laisse pas la Banque des Territoires indifférente.

C'est la Métropole Nice Côte d'Azur qui s'est rapproché cet hiver de la Caisse des Dépôts. Qu'elle connaît bien. Car la CDC est, comme l'a rappelé à plusieurs reprises Christian Estrosi, un partenaire de long terme. En 2016, elle choisit Nice pour lancer l'un des 8 démonstrateurs Smart City nationaux ; en janvier 2018, la Métropole est reconnue comme "Territoire d'innovation - grande ambition", un TIGA parmi 23 autres. Et puis il y a l'aide financière accordée pour la réalisation de la Ligne 2 du tramway niçois, ligne qui relie le centre-ville à l'aéroport et qui a été inaugurée le 28 juin dernier. "Nous répondons aux collectivités qui ont des projets", souligne en même temps Gisèle Rossat-Mignot. Qui dit aussi que tout cela "est le fruit d'une relation de confiance".

C'est d'ailleurs bien ce qu'a pointé Christian Estrosi en conseil métropolitain, faisant remarquer que si la Banque des Territoires s'engage dans les projets métropolitains, cela signifie une reconnaissance de la saine gestion des investissements.

Partenariat de long terme

Et justement, à quoi vont donc servir les 81 M€, fruit de la cession de 4% des parts du capital dans le groupe Aéroports de la Côte d'Azur ? A poursuivre "notre politique ambitieuse d'investissement" ainsi que celle de désendettement - d'ailleurs 30 M€ seront dédiés à cette dernière - et à jouer un effet de levier sur le pouvoir d'achat, a détaillé Christian Estrosi. Trois bonnes raisons de redire aussi que le timing est le bon, c'est-à-dire que le moment était venu de trouver un partenaire solide. "Nous ne vendons pas à un privé, mais à un acteur de la sphère publique" martèle Christian Estrosi. La CDC qui n'en n'a d'ailleurs pas fini avec la Métropole puisqu'elle est engagée dans le projet de déplacement du MIN, le projet de gare ferroviaire et dans la concrétisation du Palais des Expositions, qui prennent place dans le périmètre de l'Eco-Vallée. Sans oublier la Ligne 3 du tramway, qui desservira l'Allianz Riviera et la Plaine du Var d'ici l'automne prochain.

"Nous allons poursuivre notre politique ambitieuse d'investissement" ajoute Christian Estrosi, qui compte bien faire équipe durablement avec la Banque des Territoires. "Cela va accroître notre croissance économique, notre PIB".

Concrètement, l'acte de cession des parts devrait être conclu la semaine du 15 juillet, permettant du même coup à la CDC d'être présente au conseil de surveillance de l'aéroport. Une présence au cœur d'infrastructures qui n'est pas unique puisque la Caisse des Dépôts est déjà actionnaire de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry ainsi que celui de Tahiti via sa filiale Egis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :