Jean-Philippe Agresti, bien droit à Marseille

 |   |  608  mots
Jean-Philippe Agresti.
Jean-Philippe Agresti. (Crédits : DR)
MARSEILLE Doyen de la faculté de droit et de science politique, vice-président d'Aix-Marseille Université, il est en charge des partenariats avec le monde socio-économique. Un rôle qui demande de la pédagogie et une vision. Et ça vaut aussi pour imaginer l'avenir de sa ville.

Ses origines ont beau être méditerranéennes - mi-corses, mi-italiennes -, c'est surtout le calme et le pragmatisme que l'homme dégage. Né à Marseille dans un quartier populaire près de la gare Saint-Charles, Jean-Philippe Agresti évoque une enfance heureuse et des parents qui ont eu très tôt « la conviction chevillée au corps que l'éducation constitue le meilleur ascenseur social ». Pas un ascenseur pour la gloire ou l'argent, mais un ascenseur pour apprendre, apprendre encore pour nourrir la réflexion et la vie. Cette soif de connaissance pousse ses parents à l'envoyer en institution privée. Ce sera l'école Lacordaire, où il décroche son bac. Mais Jean-Philippe Agresti rêve de liberté.

Passion pour le droit de la famille

« J'avais envie d'apprendre de manière libre », se rappelle-t-il. Et quoi de mieux, pour cela, que l'université. La matière qui l'attire le plus, c'est le droit. Ainsi se révèle une vocation. Car, très vite, l'histoire du droit de la famille passionne Jean-Philippe Agresti. Au point qu'il écrit une thèse sur le sujet, en se finançant grâce à des petits boulots.

« La recherche m'attirait. Et la recherche, c'est lié à la transmission du savoir. »

Une sorte...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :