Qui est Jean-Claude Sarremejeanne, le nouveau président de l'UMF ?

 |   |  650  mots
(Crédits : GPMM)
Aux manettes de la société Sosersid, le dirigeant originaire de Marseille a misé sur le breakbulk. Une expertise qui l'a conduit à développer cette filière avec l'Union Maritime Fluviale de Fos-Marseille dont il vient d'être élu président avec l'objectif de continuer à contribuer au renouveau du port.

Le ton de sa voix laisse deviner sa passion pour la mer et Marseille. Jean-Claude Sarremejeanne a beau avoir 40 ans d'expérience dans les métiers du maritime et être PDG de Sosersid, la première satisfaction professionnelle qui lui vient à l'esprit est celle d'avoir "vu revivre le port de Marseille". Il embraie : "Quand je me suis rendu à un salon en Chine en 2009, la première chose que l'on me répondait c'était "vous êtes toujours en grève". Notre image de marque était catastrophique, il y avait du chemin à parcourir et je crois avoir un peu contribué à ce renouveau".

Si ce Marseillais pure souche s'est lancé dans le secteur maritime "c'est d'abord par goût de la mer", confie-t-il. C'est aussi une histoire de famille. "J'ai un grand-père qui était marin et un père qui était dans la manutention", souligne Jean-Claude Sarremejeanne qui raconte avoir "été très vite attiré par le bateau sous toutes ses formes, de la barquette marseillaise au catamaran de course en passant par le cargo". Lors de son temps libre, ce sont les voiliers qui trouvent ses faveurs. Mais pour sa carrière professionnelle c'est bien vers le cargo qu'il s'est dirigé et plus précisément pour la manutention, après avoir travaillé sur le transit ou encore l'affrètement. "Travailler dans le monde portuaire c'est un vrai voyage, on y rencontre les différentes professions et des étrangers", sourit Jean-Claude Sarremejeanne. Le contact avec les marins et la mer l'a donc décidé à choisir la manutention. "Et puis aussi, c'est l'industrie majeure", ajoute-t-il.

Le développement du breakbulk

Cela sera d'abord chez Sometrans puis au sein de Somarsid et Sosersid, dont il est le PDG. Ces deux compagnies sont directement liées, la première contenant le personnel de manutention et la seconde étant une société de logistique qui détient les contrats. "Je suis arrivé pour m'occuper du développement, j'avais une feuille blanche, mes études dans le commerce m'ont permis d'avoir une double casquette intéressante même si je ne suis pas le seul artisan de la réussite de Sosersid", détaille-t-il. Aujourd'hui, la société installée à proximité d'ArcelorMitttal - son principal client et propriétaire avant le rachat en 2014 par HES International (détenu par Goldman Sachs) - s'occupe de 760 navires par an, compte 160 personnes et génère un chiffre d'affaires de plus de 30 millions d'euros.

A la tête de ces sociétés, Jean-Claude Sarremejeanne s'est attelé à développer le breakbulk, c'est-à-dire la cargaison qui se fait de manière individuelle et non dans des conteneurs. C'est par ce biais qu'il prend du poids au sein de l'Union Maritime et Fluviale de Marseille-Fos (UMF), un réseau qui réunit les différentes professions portuaires pour mener des actions de lobbying, dont il est administrateur depuis 2015. Le dirigeant de Sosersid a en effet animé le groupe de travail consacré au breakbulk au sein de Via Marseille-Fos, l'organe de promotion du Port. "Au sein de cette commission, j'ai essayé de gommer les antagonismes au profit d'un effort de place. Il faut se dire que si une affaire va chez mon voisin, cela ne fait pas plaisir mais je suis beaucoup plus content que si elle va à Anvers", raconte-t-il. Un travail remarqué au sein de l'UMF.

"Sa nomination s'est faite naturellement, il avait fait du bon travail sur la filière breakbulk. Sa candidature avait du sens car il travaille dans l'intérêt collectif de la place", raconte Marie-Hélène Pasquier, secrétaire générale de l'UMF. Jean-Claude Sarremejeanne compte poursuivre les actions menées par son prédécesseur, Jean-Philippe Salducci, sur la connexion entre le port et l'hinterland. En tout cas, il l'assure : "Être président de l'UMF est dans la continuité de mon envie d'être un acteur du renouveau du port de Marseille".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :