Fabrice Alimi : "Le Sénégal est un relais de croissance pour la filière immobilière"

 |   |  592  mots
(Crédits : DR.)
Avec son projet baptisé Opération Dakar 2020, le président du Club Immobilier Marseille Provence embarque professionnels de l'acte de bâtir et entreprises de l'autre côté de la Méditerranée. Avec comme objectif de sonder un pays mature sur ce sujet immobilier, le tout dans "la réciprocité économique".

"Marseille, hub naturel vers l'Afrique". Une vérité géographique, une volonté affichée par les acteurs économiques mais pas vraiment une réalité dans le quotidien, notamment entreprenarial. Certes, Marseille et plus largement le territoire métropolitain comme régional attirent à eux les entrepreneurs africains mais clairement, les liens entre Provence Alpes Côte d'Azur et l'Afrique ne demandent qu'à se nouer vraiment, fortement, concrètement.

Le Sénégal, territoire mature

D'autant que l'Afrique, continent pluriel, producteur de croissance, très empathique face au numérique, fait aussi face à des défis, dont fait partie l'immobilier.

Il y a 3 ans, le Club Immobilier Marseille Provence commence à regarder attentivement ce qu'il se passe de l'autre côté de la Méditerranée, incité en cela par Antoine Viallet, le Monsieur Afrique du Club. De déplacements en visites, l'idée d'aller sonder ce que l'Afrique a à offrir et ce que en retour, les acteurs de l'acte de bâtir ont à apporter a germé, s'est développé, a grandi. Jusqu'à l'idée d'une opération spéciale, baptisée Opération Dakar 2020 qui se tiendra début février prochain. Et si on évoque souvent le Maroc comme pays proche de la Provence, c'est au Sénégal que cette Opération Dakar 2020 va s'immerger durant 72 heures.

Pourquoi le Sénégal ? "Trois pays nous intéressent : le Sénégal, La Côte d'Ivoire et le Cameroun. Le Sénégal est le pays qui nous a semblé le plus mature. Nous apporterions un peu moins de plus value à collaborer avec la Côte d'Ivoire alors que le Cameroun est encore en phase de développement et un peu loin de ce que nous, acteurs économiques provençaux, pourrions apporter", détaille Fabrice Alimi.

Qui explique aussi, que les points communs entre la France et le Sénégal favorisent ce rapprochement. "Nous partageons la même langue, la même culture juridique et comptable". Et le Sénégal, en pleine croissance, manque cruellement de logements. Il s'en construit à peine 30 000 par an, ce qui laisse entr'apercevoir les possibilités à générer.

Construire une communauté

De fait, des contacts ont déjà été établis avec les acteurs économiques locaux. "Nous avons été reçus par le président des chambres de commerce et d'industrie du Sénégal. La classe dirigeante est demandeuse de compétences. L'enjeu est important pour eux comme nous", rajoute Fabrice Alimi. Qui insiste bien pour dire que tout se fait dans la réciprocité économique.

"Nous allons à Dakar afin de travailler dans la réciprocité économique. Il n'est pas question de faire du modélisme. Nous voulons nous inspirer d'un continent qui est passé de rien au 4.0 très rapidement", poursuit le président du Club Immobilier Marseille Provence.

Près de 200 entrepreneurs, représentants des réseaux consulaires, des syndicats patronaux, du Centre des jeunes dirigeants... vont faire partie de l'aventure. Le relais parisien du Club relaie également l'Opération auprès d'entreprises de son secteur. "Nous sommes en train de construire une communauté beaucoup plus large que le territoire provençal. Car l'idée n'est pas d'en faire une Opération unique mais de réitérer l'expérience, peut-être dans d'autres pays, au Cameroun ou en Côte d'Ivoire, peut-être encore au Sénégal", note Fabrice Alimi. Sur place, des rencontres BtoB sont prévues. "La promesse comme le programme sont en train de se construire". Une initiative entrepreneuriale, dans tous les sens du terme, comme on les aime...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :