Le Campus Sud des Métiers va-t-il bousculer les a-priori sur l’apprentissage ?

 |   |  939  mots
(Crédits : DR)
En gestation depuis près d’une décennie, basé à Nice, il devrait accueillir ses premiers alternants dès la fin de l’année 2020 avec une offre de formation plurielle qui entend selon la formule consacrée, casser les silos pour mieux s’adapter aux besoins du territoire… et booster l’emploi des jeunes.

Est-il encore nécessaire d'expliquer les vertus de l'apprentissage ? Voie royale vers l'emploi, il est considéré comme l'une des solutions aux chômages des jeunes. Chiffre à l'appui : selon le ministère du travail, 70 % des apprenants passés par l'apprentissage ont un emploi sept mois après la fin de leur contrat. Et pourtant... Le dispositif peine à prendre l'ampleur qui devrait être la sienne dans une société où le chômage s'est installé de façon structurelle depuis des décennies malgré les 32 milliards d'euros que l'Hexagone consacre chaque année à la formation professionnelle et à l'apprentissage. Chiffre à l'appui, là aussi : avec 420 000 apprentis en France (données 2017), seuls 7 % des jeunes de 16 à 25 ans sont en apprentissage. C'est deux fois moins qu'en Allemagne (15%) où la formation en alternance est un passage quasi obligatoire pour de nombreux métiers.

En Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur, ils sont 27 600 (données 2016), ce qui classe le territoire au 8e rang des régions de France métropolitaine. Peut mieux faire, surtout lorsque l'on vise les 50 000 apprentis ! Dans ce contexte, la pose de la première pierre du Campus Sud des Métiers, le 9 septembre à Nice, revêt une importance particulière, d'autant plus quand celui-ci veut proposer une approche transversale du sujet pour rendre l'apprentissage plus attractif auprès des jeunes et mieux adapté aux besoins du territoire et de ses entreprises.

Mixer filières, écoles et partenaires

Porté par la CCI Nice Côte d'Azur et ses partenaires, situé au cœur de la future technopole urbaine Nice Méridia, le campus se présente donc comme un accélérateur de projets qui décloisonne les formations pour encourager le travail collaboratif en mixant filières, écoles et partenaires. Celles-ci iront du CAP au diplôme d'ingénieurs dans les domaines de l'écomobilité, la banque, le commerce, la vente et la relation-clientèle, le numérique, le maritime et le nautisme, l'ingénierie et la performance énergétique, la pharmacie-santé et les services à la personne, et les métiers de la restauration. Huit grandes filières réunies qui chercheront à créer une dynamique commune pour constituer un terreau fertile aux 2 500 alternants que le Campus Sud des Métiers pourra accueillir chaque année.

"Il s'agit de casser les silos et de faciliter les projets transverses", explique Valérie Pham-Trong, directrice du CESI Nice, antenne azuréenne du réseau d'écoles d'enseignement supérieur et de formation professionnelle éponyme (23 000 apprenants sur 25 campus en France) qui quittera Sophia Antipolis pour prendre ses quartiers au sein de ce "nouvel écrin" avec ses trois écoles supérieures de l'Alternance, de Formation des Managers (RH, qualité, sécurité, environnement) et d'Ingénieurs. Elles y côtoieront les quatre centres de formation en apprentissage chapeautés par la CCI Nice Côte d'Azur - l'Institut du Commerce et des Services (ICS), l'Institut de Formation Automobile (IFA), l'institut de Formation Pharmacie-Santé (IFPS) et l'Institut de Formation des professionnels du Nautisme (INB Côte d'Azur) - ainsi que Cuisine Mode d'Emploi(s), le parcours de formation et d'insertion professionnelle aux métiers de la restauration initié par le chef Thierry Marx.

Une offre au plus près des besoins du territoire

"Cette offre évoluera et sera complétée en intégrant les besoins nouveaux des entreprises sur les métiers et compétences d'avenir", indique Vincent Demas, directeur du Campus Sud des Métiers et de la formation à la chambre consulaire azuréenne. Lequel souligne l'importance de "croiser les analyses des besoins" pour définir une offre au plus près de la réalité économique du territoire, "en partie montée en lien avec les entreprises, la commission Numérique de la CCI et la French Tech Côte d'Azur".

Ainsi, l'ICS, agréé Grande école du numérique, propose depuis avril une formation de développeur web (niveau bac+2), et développera à partir de novembre un volet complémentaire d'un an en apprentissage dédié à la conception et au développement d'applications. Un parcours de perfectionnement de huit semaines consacrées à la formation de développeurs Java sera également mis en œuvre suite à un appel d'offres remporté par l'Institut auprès de Pôle Emploi, ainsi qu'un cursus de formation continue de sept mois pour former des techniciens d'assistance informatique. A l'IFA, une formation en maintenance des véhicules industriels verra le jour à la fin de l'année. Quant au CESI, il réfléchit à la création d'une offre autour de l'ingénierie dans le BTP "pour répondre aux besoins locaux".

Parti-pris architectural

Cette volonté de décloisonnement se lit aussi dans le parti-pris architectural développé par les architectes Corinne Vezzoni et Jean-Philippe Cabane. Soit 24 000 m² de locaux où les différents espaces de formation se mêleront à ceux dédiés à l'entrepreneuriat, aux services aux entreprises et commerces délivrés par la CCI et à l'événementiel, sans oublier les équipements sportifs ainsi qu'une offre d'hébergements de courtes et longues durées de 148 logements (du studio au T4). "On y trouve tous les attributs d'une ville dans un espace limité, d'où ce projet qui cherche à cumuler les usages au lieu de les séparer". Et ce, au travers de vastes bâtiments organisés autour de 2 600 m² de jardins installés en restanque et "à partir desquels les activités se concentreront", détaille Corinne Vezzoni. Un projet de 84 M€ qui devrait accueillir ses premiers étudiants dès la fin 2020 bien que l'ouverture officielle soit programmée pour la rentrée de septembre 2021. Une innovation sur le papier et dans les volontés affichées bientôt à l'épreuve du réel...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :