Dans le Sud, l'apprentissage est un bon élève mais peut mieux faire

 |   |  449  mots
(Crédits : DR)
Alors que Provence-Alpes-Côte d'Azur a bien résisté à la crise, la reprise ne se fait pas encore ressentir dans tous les départements. Le nombre d'apprentis dans l'artisanat reste stable, selon le baromètre ISM-MAAF. Pourtant, un vrai potentiel existe puisque la part des formés dans ce secteur est la plus élevée de France.

Contrastée et paradoxale. Deux mots que l'on pourrait souvent coller à la région Provence-Alpes-Côte d'Azur en observant les chiffres du baromètre  de l'institut supérieur des métiers-MAAF de l'apprentissage concernant l'artisanat. "L'apprentissage n'y est pas beaucoup développé, ce qui est vrai généralement pour le Sud de la France, mais 43% des apprentis ne viennent du monde artisanat, c'est plus que la moyenne nationale. Ce qui veut dire qu'il est possible de faire beaucoup mieux", note Catherine Elie, directrice des études et du développement économique de l'ISM.

Le rapport entre le nombre d'apprentis et d'entreprises n'est que d'1 pour 10. "Dans certaines régions cela peut être 5 pour 10", note Catherine Elie. "C'est historique dans le Sud de la France, il est possible de trouver une explication dans le type d'entreprises que l'on y trouve, plutôt petites avec peu de salariés. Un profil qui utilise peu l'apprentissage de manière générale", avance-t-elle.

Grandes disparités entre départements

6 285 apprentis ont commencé la préparation d'un diplôme sur l'année 2017-2018, un nombre stable par rapport à l'année précédente (-1%). Un chiffre qui indique un retard par rapport à la moyenne nationale où la reprise se traduit par une hausse de 3%. "La reprise est plus molle, mais le recul était moins important". Car si la région Paca a du retard à l'allumage pour la reprise, elle a aussi mieux résisté à la crise. Alors que la baisse du nombre d'apprentis ayant commencé un diplôme a chuté de 13% entre 2012 et 2016 en France, le chiffre n'est que de -4% en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Dans le détail, on constate que la reprise est très différente selon les départements. Qu'ils concentrent beaucoup d'apprentis ou pas. Dans les Alpes-de-Haute-Provence, les inscriptions bondissent de 7%. Dans les Bouches-du-Rhône et le Var, elles progressent de 3%. Ailleurs, elles baissent : - 6 % dans les Alpes-Maritimes et le Vaucluse, - 8 % dans les Hautes-Alpes. "Avoir trois départements sur six dans lesquels la reprise se fait sentir est bon signe", souligne Catherine Elie.

Sur la typologie type des apprentis, celle de la région suit le profil national avec des jeunes qui se tournent principalement vers le BTP et l'alimentation. Pour attirer vers l'artisanat, Catherine Elie pointe "qu'il faut de l'offre de formation (CFA) de proximité". Autrement dit des établissements. "Dans les Bouches-du-Rhône et les Alpes-Maritimes, il n'y a pas de CFA de Chambres de Métiers et de l'Artisanat", note-t-elle. La loi Pénicaud devrait faciliter les ouvertures puisque à partir de 2020 il suffira de déposer une déclaration d'activité à la préfecture et d'obtenir une certification. Et le Sud a une vraie carte à jouer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :