L'union fait la force, made in CPME Sud

 |   |  525  mots
(Crédits : DR)
C'est l'idée d'un club qui mêle institutions, organisations et entreprises qui pèsent. Pour se réunir mais surtout pour faire sauter ce qui coince en matière économique. Dont l'emploi, premier sujet de ce Club Eco For Sud initié par la confédération régionale. Une sorte de tous ensemble pour que ça aille mieux.

Auto-proclamée "premier syndicat de défense des TPE et PME du Sud", la CPME régionale a décidé que c'était le bon moment pour se faire entendre un peu plus fort. Et comme c'est la Région qui dispose du leardership économique, c'est avec elle qu'elle a mis sur pied son Club Eco For Sud.

Le schéma du hub

Un club de plus ? Pas selon Alain Gargani qui explique toute la philosophie de la démarche : "fédérer" institutions, filières, représentants de l'Etat, Banque de France, PME... soit une centaine d'acteurs qui ont tous la capacité à prendre des décisions ou à peser au niveau régional, qui est la "bonne" taille pour bousculer ce qui est établit.

Car Alain Gargani l'assure, le leitmotiv c'est bien "de ne rien s'interdire". Parce que "nous avons tous la même problématique". Sur l'emploi, par exemple, sujet choisi pour être le premier thème de travail, "les institutionnels veulent faire baisser le taux de chômage, les entreprises subissent la pénurie de collaborateurs". Donc, l'objectif est commun. Reste à "fabriquer quelque chose ensemble". Pour ce qui est de l'emploi, si la réflexion n'en n'est qu'aux prémices, cela pourrait prendre la forme soit d'une plateforme, soit d'événements territoriaux. "Nous voulons créer le hub de l'emploi".

Porte-voix

Et "porter la voix de l'économie". Car en même temps, le président de la CPME Sud, endosse la casquette de la CPME 13. Et pour le coup, c'est davantage le volet politico-économique qu'il adresse via un think tank dédié aux... Municipales.

Enfin, plus précisément aux candidats au scrutin pour la ville de Marseille. "Nous voulons que l'économie, l'écologie soient des projets phares et ne soient plus oubliés des programmes". 20 propositions seront donc soumises aux candidats, évidemment issues du terrain, des quartiers... et des 50 000 questionnaires envoyés aux entreprises. Avec une question : "qu'attendez-vous de votre maire ?". Le tout sous forme de Livre Bleu. "Nous avons déjà rencontré certains candidats. Notre rôle est de porter cette voix-là. Le monde a changé, auparavant la politique était électoraliste, aujourd'hui c'est une politique de projets. On ne peut plus travailler comme on travaillait avant".

Le bon mix

Et Alain Gargani d'en revenir au Club Eco For Sud. Un Club qui n'en n'est qu'aux prémices certes mais qui est un modèle de réflexion qui "sera proposé à d'autres CPME régionales". Surtout, "la feuille est blanche, on peut tout inventer". Et de reconnaître que l'image du chef d'entreprise, souvent réduite à celle du patron d'entreprise du CAC 40 a évolué. Positivement. "Depuis 6,7 ans, on a pris conscience que le chef d'entreprise de TPE PME ne délocalise pas, emploie la famille et qu'il est un enjeu pour le territoire". Et de redire qu'il faut certes accompagner les changements mais que ceux-ci doivent compléter sans déconstruire et que c'est "celui qui réussira ce mélange entre deux mondes qui s'en sortira". Et de regretter aussi que l'engagement, "valeur rare", ne soit pas considéré au même niveau que la compétence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :