Quand la Côte d'Azur drague les fintechs anglaises

 |   |  637  mots
(Crédits : DR)
Marché prioritaire, la Grande-Bretagne redouble d'intérêt pour Team Côte d'Azur, l'agence de promotion économique basée à Nice, sortie imminente de l'Europe oblige. Et c'est particulièrement vers les entreprises axées intelligence artificielle et l'innovation que les actions ciblées ont porté.

Il n'a évidemment pas fallu attendre le Brexit pour que la Côte d'Azur s'intéresse à la Grande Bretagne et aux joyaux de Sa Majesté, comprendre ici, les entreprises à fort potentiel de croissance. Mais il faut bien le dire, la sortie attendu de l'Europe constitue une opportunité que Team Côte d'Azur, l'agence de promotion économique du territoire ne pouvait laisser passer. Depuis deux ans déjà, des rendez-vous individuels étaient organisés, afin bien sûr de montrer la palette des avantages dont dispose les Alpes-Maritimes.

Opération au long cours

Mais cet "exit" se rapprochant dans le temps, c'est avec Business France que Team Côte d'Azur a organisé un séminaire baptisé "Côte d'Azur, High tech Destination & Magnet for talent", histoire de démontrer qu'entre Nice et Sophia-Antipolis, il y a tout ce dont une entreprise innovante a besoin pour se développer. Notamment l'institut 3IA, obtenu au printemps dernier, qui a permis de structurer un écosystème spécifique intelligence artificielle, alors qu'il était jusqu'à présent éparpillé. "Nous avons entamé notre démarche il y a deux ans", raconte Philippe Servetti, le directeur général de Team Côte d'Azur, "La Grande-Bretagne fait partie, avec les marchés nord-américains ainsi que ceux du centre et du nord de l'Europe, de nos cibles prioritaires. Une cible qui s'est accentuée en prévision du Brexit".

Et les entreprises qui sont visées sont autant les sociétés anglaises que celles originaires d'Amérique du Nord ainsi que d'Asie, installées sur le sol britannique qui auraient besoin du coup de relocaliser tout ou partie de leurs activités sur le continent européen. Autant faire en sorte que cela soit en France et sur la Côte d'Azur...

Pour convaincre, Team Côte d'Azur a fait le déplacement à Londres avec trois entreprises qui ont justement opté pour le sud de la France, surtout pour son écosystème IA et son orientation fintech. Arm, spécialisé dans le design de composants électroniques, a expliqué comment les experts présents à Sophia-Antipolis lui ont permis de grossir et de passer de 20 à 300 ingénieurs, faisant de l'implantation azuréenne la cinquième pour le groupe. Licorne saluée par le monde de la tech, venue de Palo Alto, Symphony, le spécialiste de la messagerie professionnelle cryptée, qui a installé voici quelques mois son centre de R&D également au sein de la première technopôle européenne a expliqué que c'est bien la présence d'expertises locales qui ont validé le choix de Sophia-Antipolis face à quinze autres destinations pressenties. Sans doute l'une des meilleures démonstrations s'incarne dans l'installation depuis mars d'Abaka, fintech... anglaise, avec son centre R&D.

Quand l'IA sert (encore) de locomotive

"La Côte d'Azur s'affirme comme un poste clé en matière d'intelligence artificielle", ajoute Philippe Servetti. Mais si le territoire azuréen est bien perçu du point de vue des compétences présentes, la France, en ce qui concerne le droit du travail et la législation, l'est un peu moins, d'où la présence durant ce "Côte d'Azur, High tech Destination & Magnet for talent" du cabinet Askesis, spécialisé en Droit des contrats, et ce, afin de gommer les inquiétudes. A noter que depuis 2018, 6 décisions d'implantations d'origine britannique ont été concrétisées. Pour poser valises et projets, autant Sophia-Antipolis que Nice Eco-Vallée pour sa proximité avec l'aéroport Nice Côte d'Azur sont facteurs d'attractivité.

Cependant Brexit ou pas, l'opération séduction de l'agence de promotion économique se poursuit sur des sujets comme le smart vehicle et la santé. Depuis janvier dernier, 24 décisions d'investissements ont été réalisées représentant la création ou le maintien de 408 emplois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :