Daniel Sperling : "L'écologie du numérique reste à construire"

 |   |  593  mots
(Crédits : DR)
Le numérique est-il écologiquement compatible ? Pas tout à fait. Et la smart city n'est pas, automatiquement, verte non plus. Comment inventer la ville intelligente connecté juste ce qu'il faut ? En la construisant brique par brique, et en équipe, dit l'élu en charge du sujet à Marseille.

La Tribune - Lors du dernier Marseille City Life qui abordait le sujet de la Tech et du zero carbone, vous avez rappelé que smart city n'égale pas forcément ville durable. Une idée qui est peu répandue...

Daniel Sperling - Il faut résoudre une double équation, celle de l'expansion et de la concentration urbaine qui engendrent une mosaïque de transitions : urbaine, numérique, énergétique, économique et sociétale. Autant de défis qui peuvent être relevés collectivement. Conservateur, le numérique l'est aussi au regard des enjeux environnementaux. Curieusement, le récit autour de la Smart City a postulé d'emblée qu'elle serait durable. Tel n'est pas du tout le cas aujourd'hui. D'une part, l'infrastructure physique du numérique, d'autre part, la collecte des données, leur traitement et leur stockage représentent des quantités d'énergie non seulement colossales, mais surtout en croissance constante et forte. Le numérique consomme bien plus d'énergie que le transport aérien et la croissance de sa consommation est à deux chiffres. La donnée est souvent qualifiée de nouvel or noir. Le fait est que nous avons pris au mot cette analogie avec le pétrole et avons une approche très 20e siècle du numérique dans la ville. La smart a capturé le green. L'écologie du numérique reste à construire et avec elle celle de la Smart City. Attelons-nous à la tâche.

Vous donniez un chiffre intéressant, c'est l'équivalent, en énergie du "coût du clic"...

En effet, 450 millions de tonnes de CO2 ont été émises par les entreprises du numérique dans les pays de l'OCDE depuis 2013. 4 %, c'est la part du numérique dans les émissions mondiales de CO2, en hausse de 50 % depuis 2013.

80 fois plus d'énergie est nécessaire à la production d'un gramme de smartphone que d'un gramme de voiture. À l'échelle mondiale, les usages numériques représentent deux fois l'empreinte environnementale de la France. Ces problématiques ne sont pas nouvelles. Si je peux dire, nous ne partons pas de zéro pour aller vers le zéro carbone.

Quels sont les projets smart city qui ont changé la physionomie de Marseille ?

Il y a eu beaucoup de projets dont Smartseille est l'un des derniers exemples, avec sa boucle à eau de mer. Quand CMA CGM annonce toute une série de mesures pour réduire son impact comme l'adoption du GNL et l'optimisation des routes, la réduction de la vitesse de ses navires, ça va dans le bon sens. Mais j'aime rappeler qu'il y a 20 ans, la cogénération par méthanisation et l'expérimentation d'épandage propre, qui a donné naissance à une forêt sur la route de Cassis, étaient précurseurs. C'est un clin d'œil à l'actualité où certains gros pollueurs font aujourd'hui des annonces de replantation d'arbres pour compenser leur bilan carbone. Les estimations les plus récentes considèrent que, chaque jour, un français émet autant de CO2 que ce qu'un arbre stocke en un an.

Existe-t-il une smart city universelle ?

La justification ultime du smart n'est pas de faire toujours plus. C'est de faire en sorte que l'on puisse se déplacer sans dégrader l'environnement pour remplir son programme d'activités quotidiennes à Los Angeles, Paris, Pékin ou Bogota, de faire accéder les villes indiennes à l'eau potable, de mettre fin à l'étalement urbain dans les pays occidentaux et d'électrifier sur un monde durable les mégalopoles africaines qui se développent sous nos yeux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2019 à 23:54 :
Cet article ne montre absolument pas en quoi la "smart city" peut permettre de se déplacer sans dégrader l'environnement à Los Angeles, Paris, Pékin ou Bogota, ni faire accéder les villes indiennes à l'eau potable ni mettre fin à l'étalement urbain.
A ma connaissance, on ne boit pas du numérique, on ne loge pas dans des smartphones et on ne se transporte pas avec la 4G.
a écrit le 28/10/2019 à 20:27 :
Je m'intéresse a la chose, mais je dois dire qu'il n'existe pas de démarche permettant de faire fonctionner le projet en architecture pour ainsi faciliter a toutes les échelles les pratiques nécessaires ne serait ce que pour le retraitement des objets.

Je ne comprends pas non plus sur la tnt ou le câble, comment il n'existe pas des émissions d'informatique, d'information, de démarches, de pédagogie. Si youtube prend la main, c'est bien qu'ici c'est encore le 19eme.

Et il est possible de faire des grandes choses avec peu de moyen. La question des piles, vous ne pensez pas que la r&d rendrai quelque chose d'intéressant dans le quotidien et l'ergonomie ? plutôt que lutter pour empêcher les chinois de commercer sur ces sujets?

Revenons aux outils existants. La TV est un vecteur collectif formidable pour ainsi permettre une déclinaison ou vous pourriez avoir des thématiques et des partages de savoir pour préparer la transformation.

Vous y associer les écoles et ainsi vous produisez du sens, de l'innovation et vous permettrez de préparer aussi l'interaction des personnes de toutes âges et spécialement autour du traitement humain et la facilitation du lien social.

L'état et les acteurs économiques ne voient pas ce que je vois, sans doute que les aventures économiques donnent a penser l'impensé.

Alors les gars, vous êtes ou?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :