CEVA Logistics s'installe à Marseille : pourquoi c'est bon pour l'attractivité

 |   |  593  mots
(Crédits : DR)
Le groupe spécialisé en logistique, filiale à 100 % de CMA CGM, implante son siège monde dans la Cité phocéenne. Une arrivée certes logique d'un point de vue complémentarité avec l'armateur français mais qui renforce aussi le positionnement du territoire. Car bien sûr, il y a des retombées à en attendre.

Ce 14 novembre, CEVA Logistics aura comme parrain, rien de moins qu'Edouard Philippe. Le Premier ministre comme fée penchée sur le berceau, il y a pire pour inauguration officielle d'un siège social. Il faut dire que c'est un siège monde. Ceci explique évidemment cela.

Passée dans le giron de CMA CGM en mai 2019, CEVA Logistics s'installe donc à Marseille, ce qui va permettre de créer des complémentarités avec l'armateur français. C'est exactement ce qu'explique Nicolas Sartini, son directeur général. "CEVA Logistics intervient sur l'ensemble de la chaîne de transport, opérant 750 entrepôts dans le monde pour 9 millions de m2. Et vient ainsi compléter l'offre de valeur de CMA CGM".

Pour rappel, CEVA Logistics est un acteur de l'activité de transitaire (qui la prise en charge du fret) de la logistique contractuelle ainsi que du transport routier. Revendiquant le rang de n°5 mondial dans la gestion de contrats logistiques, le groupe aux 78 000 collaborateurs dans le monde dont 1 330 en France et 130 à Marseille génère un chiffre d'affaires de 7,4 milliards de dollars. En 2018, il a géré 477 000 tonnes de fret aérien, 2,2 tonnes de fret routier et 787 000 EVP de fret maritime.

Conserver l'avance

Un acteur qui est donc un poids lourd mais qui constitue pour CMA CGM un atout de choix. L'acquisition de CEVA, dans un contexte de concentration du marché, constitue une force pour l'armateur et son PDG Rodolphe Saadé, lui permettant de proposer à ses clients une offre de solutions complète. Et donc de continuer à se différencier face à la concurrence.

L'arrivée du spécialiste de la logistique a aussi l'avantage de mettre en avant la Cité phocéenne. Installé aux Docks, en plein quartier Euroméditerranée, CEVA est une brique supplémentaire apportée au positionnement de Marseille comme hub logistique. Ce qui paraît aussi malin que stratège.

De 130 salariés actuellement regroupés à Marseille - soit 25 nationalités représentées - le groupe en comptabilisera 200 d'ici début 2020. Des recrutements à venir qui sont toujours une bonne nouvelle pour un territoire.

Renforcer l'appétence pour l'innovation

Mais outre le renforcement de l'offre au client, il y a aussi les synergies, ententes, rapprochements possibles avec les startups installées au sein de l'accélérateur piloté par CMA CGM, ZEBOX, que dirige Matthieu Somekh. La digitalisation et l'innovation plus largement sont bien sûr parties intégrantes de la stratégie de CMA CGM comme de CEVA. "Nous travaillons avec les startups", confirme Nicolas Sartini. Avec Wing, spécialisée dans la logistique e-commerce, des opérations communes ont déjà été menées. Mais c'est avec une autre pépite de l'accélérateur que CEVA voit des opportunités centrales pour son métier, la technologie déployée par cette jeune pousse prometteuse permettant via un calculateur, de répondre aux besoins clients, soucieux de choisir les meilleurs options et délais d'acheminement. Avec SmartFreight, c'est la gestion des expéditions et la tarification instantanée qui est permise. On imagine très bien se créer ainsi une sorte de cercle vertueux entre grand groupe, startup et acteurs de l'innovation. C'est d'ailleurs bien l'un des points cruciaux dans l'avenir du transport, qui est exigé plus propre, plus efficient. Si en plus, cette structuration autour d'un des acteurs majeurs de l'économie locale à rayonnement mondial se forge, c'est forcément bon pour l'attractivité. En terme d'attrait de compétences, d'image mondiale, de positionnement spécifique. C'est tout le mal que l'on souhaite à Marseille.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2019 à 9:36 :
Bravo Marseille, il faut continuer !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :